Invités à dire oui à Ben Ali

Les autorités tunisiennes créent un site trilingue pour inciter leurs administrés à voter  » oui  » pour la réforme de la Constitution. Discours du président, articles de presse … tout y est. Sauf l’essentiel : pourquoi faut-il réformer la Constitution ?

Un site pour dire oui à la réforme constitutionnelle. Le régime de Ben Ali utilise la Toile pour inciter les Tunisiens à aller déposer leur bulletin dans l’urne. Et pour que ce soit le bon, le site se transforme en appareil de propagande. Le concept est simple : discours de Ben Ali, des articles de presse dithyrambiques, une explication alambiquée d’un juriste anonyme sur  » la nécessaire modernité « , les résolutions déterminées du RCD, parti au pouvoir… les autorités tunisiennes sortent la matraque médiatique. Il y a tout dans le site à deux exceptions près : pourquoi (question lancinante) faut-il réformer la constitution et que pensent les Tunisiens de cette réforme ? Cela semble être le dernier souci des initiateurs du site. Pas de forum ni de liens vers les sites de l’opposition.

Réformons dans la modernité

En clair, le président tunisien, arrivé à terme de son mandat – le site oublie d’expliquer ce futile détail, n’a pas le droit de se représenter. Or, il veut demeurer président. Mais la Constitution est formelle : pas possible, m’sieur le président. Okay, se dit Ben Ali. Réformons cette Chose écrite qui veut mon départ. Et faisons-le dans  » la modernité « . Et d’appeler des juristes et des politiciens vassaux à la rescousse. Allez dans la partie  » débat « , cela vaut le coup d’oeil. Des membres du parti au pouvoir, à force de gymnastique cérébrale et de grands écarts idéologiques, inventent un lexique qui ferait pâlir de jalousie les éditorialistes brejneviens.

Rouge sur fond blanc, le site a une esthétique brevetée Agence tunisienne de l’Internet, dirigée par la famille du président. C’est à dire qu’il ressemble comme deux censeurs moustachus tunisiens aux sites officiels. A titre d’information, notre quotidien, Afrik.com, est inaccessible depuis la Tunisie.

Visiter le site :