Internet en Somalie : mythe ou réalité ?

L’Internet est-il un mythe en Somalie ? Depuis 1999, le pays de la corne de l’Afrique appartient à la société de l’information. Si les sites sur la Somalie pullulent, souvent en langue locale, l’on s’interroge bien souvent la réalité du Net pour les habitants d’un pays politiquement désorganisé.

Sur 9 388 200 habitants, la Somalie compte 39 000 abonnés à Internet mais près de 100 000 personnes l’utilisent. La connection coûte 1,80 dollar américain par heure. Des chiffres étonnants, au vue des infrastructures, mises à mal par plusieurs années de guerre dans un pays sans gouvernement.  » C’est une surprise pour tous que la Somalie retrouve une dynamique économique et que le secteur des Télécommunications se développe autant, voire plus en comparaison de pays comme Djibouti, l’Erythrée ou encore l’Ethiopie « , affirme Abdigani Jama, secrétaire-général de la Somali Telecom Association (STA).

La Somali Télécommunications Association (STA) est basée aux Emirats Arabes Unis où se trouvent les sièges des opérateurs somaliens de télécommunications pour des raisons de sécurité et de neutralité politique. L’organe regroupe 11 sociétés : tous les opérateurs GSM, fixe et les fournisseurs d’accès Internet du pays. La STA bénéficie du soutien technique et financier du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) et de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT). En décembre 2002, le réseau téléphonique couvrait 87% du territoire somalien. 74 villes principales sur 94 jouissent actuellement d’un réseau filaire et du réseau GSM. Onze parmi elles possèdent la connexion Internet.

Internet, le chemin vers la reconstruction

La connexion à Internet est accessible depuis 1999 mais, à l’instar de la plupart des pays en voie de développement, l’équipement en NTIC reste un produit de luxe et on se connecte souvent des cybercafés ou du travail. Ceci n’est pourtant pas le seul obstacle au développement de l’Internet dans le pays. La faible maîtrise de l’anglais, principale langue utilisée sur le web, ou encore du français, en est un autre. D’où la multitude de sites en somali.

La plupart sont d’ailleurs réalisés de l’étranger.  » Beaucoup de Somaliens vivent à l’étranger et ils peuvent faire vivre leurs sites grâce à la publicité « , explique Abdigani Jama. En outre, la Somalie est un pays musulman, un environnement religieux qui ne favorise pas toujours le développement des NTIC. Néanmoins, l’optimisme d’Abdigani Jama est à retenir pour l’avenir de l’Internet en Somalie : pour lui, les télécommunications représentent une opportunité pour la reconstruction du pays.