Internet coupé en Algérie : explications

Suite à une coupure sur un câble sous-marin, les 10 millions d’abonnés à internet en Algérie ont du mal à se connecter depuis quelques jours. Où en sont les travaux de réparation de ce câble sous-marin ? Quelles sont les conséquences de cette coupure ? Explications.

La coupure a été localisée sous la Méditerranée, à 15 km au nord d’Annaba, sur un câble reliant Annaba (à 600 km à l’est d’Alger) à Marseille. Ce câble véhicule une grande partie du trafic internet et les réparations entamées depuis jeudi pourraient être achevées au cours de la semaine prochaine. C’est du moins ce qu’a annoncé Azouaou Mehmel, Président directeur général d’Algérie Télécom, ce dimanche 25 octobre 2015, lors d’une conférence de presse tenue à Alger.

Les difficultés de connexion étaient apparues depuis jeudi dernier, en milieu d’après-midi, notamment à Alger. Algérie Télécom avait prévenu que les travaux de réparation pourraient prendre plusieurs jours en fonction des conditions météorologiques sur place. Selon Azouaou Mehmel, Président directeur général d’Algérie Télécom, qui a tenu une conférence de presse, ce dimanche 25 octobre 2015 à Alger, « les travaux de réparation du câble sous-marin reliant Annaba à Marseille devraient se terminer à la fin de la semaine en cours, si les conditions météorologiques restent favorables ».

Toujours selon le Président directeur général d’Algérie Télécom, qui précise que le bateau du consortium international Mecma a pu retrouver l’un des deux bouts du câble sous-marin qui a été remonté sur le bateau, la coupure du câble sous-marin reliant Annaba à Marseille a fait perdre à l’entreprise 81% de ses capacités. Ajoutant que « cet incident concerne plusieurs clients, mais on ne peut pas vous donner leur nombre avec exactitude ».

Précisant que le coût des travaux de réparation du câble est pris en charge par le consortium international, Azouaou Mehmel a ajouté que « pour la compensation, il faut attendre la fin de l’opération. En tout cas, nos clients auront droit à une durée d’abonnement supplémentaire », a assuré Azouaou Mehmel, précisant que face à cette situation, Algérie Télécom a privilégié d’abord les opérateurs, ensuite les institutions et entreprises économique puis les résidentiels.