Insolite au Nigeria : elle vend son bébé à 340 dollars pour… lui sauver la vie !

Au Nigeria, une jeune mère de 20 ans a pris la décision de vendre son bébé au prix de 340 dollars. Mais comment en est-elle arrivée à vouloir monnayer sa progéniture ?

Décidément, la pandémie de Coronavirus ne cesse de faire des dégâts, enfonçant des millions de familles dans des conditions extrêmement précaires. Face à cette situation, certains sont poussés dans leurs retranchements et contraints de s’adonner à des pratiques parfois « inhumaines ». C’est le cas de mademoiselle Kanu, une Nigériane tout juste âgée de 20 ans. Mais qu’a-t-elle donc fait de si grave ?

Orpheline, Kanu éprouve tous les maux du monde pour parvenir à se nourrir, mais la situation se complique davantage, avec la venue de son bébé. Comment va-t-elle parvenir à le nourrir, si elle-même peine à s’alimenter ? Kanu s’est alors vite rendu à l’évidence que le bébé, en restant avec elle, était en quelque sorte condamné. C’est alors qu’elle se résigna à le vendre, oui le vendre !

« Je savais que je ne pourrai pas m’occuper du bébé parce que je ne travaille pas. Je suis orpheline. J’ai été obligée de quitter l’école lorsque je suis entrée au collège parce qu’il n’y avait pas d’argent pour continuer. J’ai été engrossée par un commerçant. Mais quand je l’ai informé, il m’a dit que je devais avorter parce qu’il n’était pas prêt à faire face à de telles responsabilités. En fait, il m’a abandonnée », a révélé la jeune femme.

Des déclarations assez poignantes, mais qui ne dérangeaient nullement les nouveaux parents, particulièrement la « nouvelle maman ». D’abord, ils auraient chargé des personnes de ramener le bébé à bon port, à Lagos. Mais c’était sans compter sur la vigilance des policiers chargés à la base de faire respecter les mesures barrières, qui n’ont pas aussi hésité à intercepter les individus.

Cecilia Okafor, la « nouvelle maman », avoua qu’elle était dans l’incapacité d’avoir un bébé.  « Je suis stérile depuis 15 ans. J’ai payé cette somme parce que j’avais vraiment besoin d’un bébé pour pouvoir appeler le mien. J’ai vu cela comme une opportunité de faire l’expérience de ce que l’on ressent en tant que mère et je voulais aussi prendre soin du bébé ».

Ces différentes déclarations n’ont pas convaincu les enquêteurs qui ont décidé de traduire toutes les personnes impliquées en justice. C’est en tout cas ce qu’ont affirmé les policiers.