Incertitude sur la date des élections au Zimbabwe

Le président Robert Mugabe va-t-il annoncer enfin la date des élections législatives prévues ? Des sources contradictoires ne permettent pas de trancher, cependant que la pression du Commonwealth et du voisin sud-africain s’accentue.

Après trois mois de violences et une quinzaine de morts, Mugabe se sent-il, oui ou non, prêt à affronter le jugement des électeurs zimbabwéens ? Oui, selon le Daily Mail and Guardian, qui évoque une  » source gouvernementale de premier plan  » à Harare. Non, selon l’AFP, qui évoque aussi ses propres  » sources gouvernementales « , mais pour les démentir.

Prévues cette année, puis précipitées par la dissolution du Parlement – suite à la défaite du parti au pouvoir Zanu-PF au référendum de février -, les élections législatives du Zimbabwe devaient avoir lieu en mai. Il est désormais acquis qu’elles ne pourront être tenues avant, au plus tôt, la première semaine de juin. La Constitution de ce pays prévoit en effet un délai de cinq semaines entre l’annonce des élections et le scrutin.

Le rand plonge

Robert Mugabe s’apprête à dévoiler le programme électoral des futurs candidats de son parti Zanu-PF. Sans surprise, la question de la réforme agraire et de la  » réappropriation  » des terres détenues par les fermiers blancs occupera le centre de la campagne du parti au pouvoir. Le terrain a été en quelque sorte  » préparé  » par les violences de ces derniers mois, qui se sont progressivement étendues à l’opposition démocratique du Mouvement du changement démocratique (MDC). Hier encore, un militant de ce parti a été assassiné près de Mount Darwin, au nord-est de Harare.

Don Mackinnon, le secrétaire général du Commonwealth, doit se rendre incessamment dans la capitale zimbabwéenne afin de faire part à Mugabe de sa réprobation quant à la situation actuelle. Il devrait en profiter pour proposer au président que des observateurs étrangers assistent aux opérations électorales prévues. En outre, une rencontre est prévue pour la fin de la semaine entre Mugabe et Thabo Mbeki. Alors que le rand plonge face au dollar américain, le président sud-africain devrait, à cette occasion, rappeler à son voisin que la situation au Zimbabwe affecte l’économie de toute la région.