Incendies en Algérie : un véritable désastre en 48 heures

Plus de 55 hectares de forêt et d’arbres fruitiers ont été détruits en Algérie par un incendie dans la nuit de samedi à dimanche à Zarifet, près de Tlemcen, à la frontière algéro-marocaine…

Alors que la protection civile n’a pas fini le recensement des dégâts occasionnés par les incendies de la fin de semaine dernière dans le centre et l’est du pays, un important départ de feu a été signalé hier à Tlemcen. Selon la protection civile, un incendie s’est déclaré dans la soirée de samedi dans la forêt de Zarifet, commune de Mansourah. Le premier bilan fait état de la destruction de plus de 55 hectares dont 20 hectares de pins d’Alep. Les 35 hectares restants sont constitués principalement de maquis et de broussailles. Cela s’ajoute à plus de 550 hectares de forêts qui ont été ravagés par le feu en une semaine dans cette wilaya. D’importants moyens de lutte anti-feux ont été mobilisés pour circonscrire cet incendie dont 6 camions dotés de motopompes de grand volume, outre 16 autres camions-citernes. Les colonnes mobiles de la protection civile des wilayas de Tlemcen, de Mascara, de Aïn Témouchent et de Sidi Bel-Abbès ont durant toute la nuit de samedi à dimanche lutté pour maîtriser cet incendie, signale-t-on de même source. Un autre incendie qui s’est déclaré à la fin du mois d’août écoulé dans la région de Fellaoucene avait ravagé près de 500 hectares dont 40 hectares de pins d’Alep et 100 hectares d’arbres fruitiers.

Et pendant que les regards sont braqués vers cette forêt de Zarifet, c’est l’heure des bilans dans les wilayas touchées par les incendies de la semaine passée. La wilaya de Tizi Ouzou est la plus touchée, avec la mort de six personnes dans la daïra de Beni Douala. Les 43 derniers foyers d’incendies de forêts qui se sont déclarés à Tizi Ouzou durant la période allant du 27 août au 2 septembre ont provoqué une perte de 10.310 oliviers et de 1.486 ha de couvert végétal dont 904 de forêts, 351 de maquis et 231 de broussailles. Le bilan de la protection civile est provisoire. Le recensement des dégâts occasionnés par ces sinistres se poursuit toujours.

A Blida, la vie reprend doucement son cours dans les régions ravagées par les feux de forêts qui ont provoqué une véritable catastrophique écologique. Près de 3.900 hectares de forêts ont été la proie des flammes, selon un communiqué de la conservation des forêts. Selon la même source, les communes les plus touchées par les incendies de forêts ont été Blida, Bou Arfa et la Chiffa. La commune de Bou Arfa a été plus particulièrement touchée par ces sinistres qui ont causé la perte de 1.950 hectares de végétation dont 500 ha de forêts, 500 hectares de maquis, 850 ha de broussailles et 100 ha de vergers. La wilaya de Blida n’a pas connu de pareils sinistres depuis 1983, selon la conservation des forêts de la wilaya.

Un véritable désastre écologique avec les milliers d’arbres forestiers et fruitiers, les immenses superficies de maquis et de broussailles dont il ne reste que des cendres virevoltant au gré du vent. Tout s’est déroulé en 48 heures. Fort heureusement, aucune perte humaine n’a été enregistrée dans la wilaya de Blida mais six maisons ont été touchées et, plus grave encore, des milliers d’arbres fruitiers (oliviers, pommiers, châtaigniers, etc.) et des centaines de ruches détruits. Cette perte a touché de plein fouet de petits fellahs qui avaient repris courageusement le chemin des montagnes qu’ils avaient dû abandonner durant les années de terrorisme. Plusieurs d’entre eux nous ont fait part de leur désarroi après cette perte et se demandent comment ils vont bien pouvoir recommencer ce qu’ils ont si difficilement bâti. A Blida comme ailleurs, l’heure est aux bilans et à la reconstruction de ce qui a été détruit par les flammes.

Hamid G. et T. Mansour, pour Le Quotidien d’Oran