Immolations en série au Sénégal

En moins de trois semaines, deux personnes se sont donné la mort devant les grilles du Palais présidentiel. Et, ce week-end, une troisième en a été empêchée de justesse.

De notre correspondant

Mohamed Bouazizi a, semble-t-il, fait des émules au Sénégal. En s’immolant par le feu devant la préfecture de Sidi Bouzid, ville agricole du centre de la Tunisie, le jeune marchand de fruits et légumes, aujourd’hui consacré martyr de la « Révolution du jasmin », a enflammé l’Afrique du Nord. Depuis son suicide, un vent de liberté souffle sur nombre de pays balayant au passage les régimes du Tunisien Zine El Abidine Ben Ali et de l’Egyptien Hosni Moubarak. En Libye, la dictature du colonel Khadafi plie comme jamais, mais pour l’instant ne rompt pas. Si ce vent de révolte n’a pas encore traversé le Sahara, le geste du Tunisien a tout de même trouvé écho chez certains Sénégalais.

Ainsi, le vendredi 18 février, Oumar Bocoum, ancien militaire âgé de 40 ans, s’immole par le feu devant le Palais présidentiel. Transporté d’urgence à l’hôpital Principal de Dakar, il décède 48 heures plus tard. L’homme, qui déplorait sa situation de chômeur, aurait d’après plusieurs témoignages crié « travailler ou mourir » avant d’accomplir son acte. Une semaine plus tard, c’est au tour d’Ahmed Tidiane Ba, 33 ans, de s’immoler face à la Présidence. Apparemment sans histoire, « extrêmement pieux et franc » d’après son père, le jeune homme gérait un magasin aux Parcelles assainies, une banlieue de Dakar.

Le journal Le Populaire rapporte qu’un troisième cas se serait produit ce dimanche. « Habillé d’un accoutrement assez bizarre », Adama Bocoum, la trentaine, se serait aspergé le corps d’huile de moteur après s’être vu refusé une audience avec le chef de l’Etat. Des policiers en civils l’auraient immédiatement maîtrisé et conduit au commissariat central. Ils se seraient alors aperçus que l’individu « ne jouissait pas de toutes ses facultés mentales ».

Le régime au banc des accusés

Face à ces suicides, l’opposition monte au créneau. « Cette série macabre d’auto-immolations devant la Présidence de la République est le signe d’un malaise profond qui asphyxie les populations, notamment la jeunesse qui voit son avenir plombé depuis dix ans », explique l’Alliance des forces de progrès (AFP) dans un communiqué. Pour elle, « ce désespoir, qui est le résultat de la malgouvernance, porte en condensé tous les maux du pays qui sont entre autres, la paupérisation avancée du monde rural, l’effondrement des grandes unités industrielles, l’absence d’investissements significatifs, le chômage endémique, la corruption et la vie chère, la perte de crédibilité de l’Etat et de ses dirigeants actuels ». Le régime libéral est pointé du doigt.

Invité sur la Radio Futurs Médias, le porte-parole du parti socialiste, Abdoulaye Wilane, exhorte les Sénégalais à ne pas reproduire ce type d’actes et les encourage à préférer l’action politique et sociale. « Arrêtez de vous immoler ! Arrêtez de vous suicider ! lance-t-il. Il faut s’organiser pour protester, contester, dénoncer et partager son opinion avec d’autres tout en assumant sa responsabilité citoyenne. » Pour le socialiste, ces immolations montrent « l’échec de l’autorité de l’Etat », mais c’est aussi « un problème de maladie sociale, une sorte d’inquiétude existentielle qui préoccupe tout le monde ».

« Les lieux et jour choisis interpellent le pouvoir politique et la conscience nationale »

Dans un passé récent, le Sénégal avait déjà connu quelques cas d’immolation. En janvier, un chauffeur de camion d’une cimenterie à qui l’on avait signifié la fin de son contrat de travail avait été sauvé de justesse par ses collègues. En 2008, Penda Kébé, militante du parti au pouvoir résidant en Italie, s’était immolée par le feu à Rome après avoir essayé de rencontrer le président Wade en visite en Italie. Quelques mois après, un homme originaire du sud du pays réclamant le paiement de loyers au PDS avait récidivé. À l’époque déjà, il avait choisi de se donner la mort devant la Présidence. Jusqu’à présent, les cas d’immolations restaient toutefois isolés les uns des autres. La Ligue sénégalaise des droits humains exprime d’ailleurs « ses vives inquiétudes devant le second cas d’immolation d’un citoyen sénégalais en l’espace d’une semaine ». Pour elle, « les lieux et jour choisis, palais présidentiel et le vendredi, jour de prière chez les musulmans, interpellent au premier chef le pouvoir politique et la conscience collective nationale ».

Dans les colonnes de la presse locale, les sociologues rivalisent d’interprétations pour tenter d’élucider le phénomène. « Cette crise économique profonde vient assombrir un décor déjà triste. La pauvreté gagne du terrain et beaucoup de jeunes sont désorientés par la misère et le chômage, affirme par exemple Djiby Diakhaté dans Le Populaire. Et paradoxalement, certains vivent dans une opulence provocatrice et restent dans un silence coupable. » Avant de poursuivre : « ce malaise s’exprime devant le Palais comme pour dire à l’autorité étatique, à travers ce lieu symbolique, qu’elle n’a pas répondu clairement et suffisamment à des attentes. Le choix du vendredi pour s’immoler, c’est comme pour dénoncer le mutisme compromettant de certains hommes religieux. » Son confrère Kaly Niang, par ailleurs conseiller du Premier ministre, essaye lui de désamorcer l’affaire et, toujours dans Le Populaire, raconte vouloir « couper court aux supputations des politiciens et autres individus mal intentionnés qui cherchent à expliquer les suicides par immolation par une mauvaise gestion du pays ». « Cette explication politicienne du suicide, écrit-il, est ringarde et relève de l’hémiplégie intellectuelle ! On ne se suicide pas parce qu’on est contre un régime ou un pouvoir en place. L’explication se trouve dans la société elle-même qui alimente le courant suicidogène. »

De son côté, le pouvoir en place joue profil bas. Le porte-parole du chef de l’Etat, Serigne Mbacké Ndiaye, dit « regretter » les évènements sans chercher à en comprendre les causes. « Ce qui se dit n’est que supputations », assure-t-il. Une chose est sûre, la Présidence est en alerte maximale. Pour éviter que pareil décès survienne à nouveau, le dispositif sécuritaire a été renforcé aux alentours du palais présidentiel. Gendarmes et policiers en civil patrouillent constamment. Les fantômes d’Oumar Bocoum et d’Ahmed Tidiane Bâ hantent le sommeil des plus hautes autorités du Sénégal.