Nouveaux heurts à Calais entre policiers et migrants

De nouveaux heurts ont éclaté à Calais entre forces de l’ordre et près de 800 migrants, faisant six blessés.

A Calais, ville française située dans la région du Nord Pas-de-Calais, il n’est pas rare que des affrontements entre policiers et migrants éclatent. De nouveaux heurts ont éclaté, mercredi, entre quelque 800 migrants et forces de l’ordre sur la rocade portuaire de Calais, faisant six blessés.

Selon la préfecture du Pas-de-Calais, les affrontements ont éclaté aux environs de 16h00, où environ 800 migrants étaient présents aux abords de la rocade menant au port de Calais. Jusque-là tout allait pour le mieux. Mais la situation a dégénéré lorsque plusieurs d’entre eux ont tenté de s’introduire dans des camions, affirme la préfecture, soulignant que les forces de l’ordre sont alors intervenues « pour évincer les migrants des voies de circulation ». La riposte des migrants ne s’est pas fait attendre non plus, puisqu’ils ont jeté des projectiles sur les forces de l’ordre qui ont répliqué à leur tour à coups de gaz lacrymogènes. La préfecture précise que quatre policiers et deux migrants ont été blessés légèrement, indiquant que « l’accès principal au port par l’échangeur 47 a été fermé pour faciliter l’intervention des forces de l’ordre ».

Depuis plusieurs mois, une partie de la ville de Calais a été transformée en un véritable campement après que des milliers de migrants, fuyant les guerres et conflits dans leur pays d’origine, y aient afflué. Parmi ces migrants, beaucoup sont aussi originaires d’Afrique subsaharienne. Certains y ont même aménagé un espace, en créant des églises pour tenter de se recréer un nouveau lieu de vie. La destination première de ces migrants était l’Angleterre. Ceux qui ont tenté de s’y rendre ont parfois rencontré la mort sur leur chemin, notamment en essayant de passer par le tunnel sous la Manche. Les autres, en attendant, continuent de camper à Calais, espérant trouver une heureuse issue à leur calvaire et voir un jour améliorées les conditions de vie de leurs proches restés dans leur pays d’origine.

Face à la situation de Calais, Londres et Paris ont signé un accord, en août 2015, pour assurer la sécurité du site et travailler de concert pour réguler l’afflux de ces migrants.