Immigration : Guéant continue d’exploiter le filon

Peu déstabilisé après les critiques essuyées suite à ses premières déclarations la semaine dernière, le ministre français de l’Intérieur, Claude Guéant, a déclaré lundi qu’ « un excès d’immigration trouble les Français ».

Le ton est assuré et le propos assumé. C’est un Claude Guéant, soucieux de « répondre aux préoccupations des gens » et persuadé que « les Français partagent (son) constat » qui s’est de nouveau exprimé sur l’immigration lundi lors du talk-Orange-Le Figaro. « Les Français ont le sentiment qu’un excès d’immigration – une immigration irrégulière, non désirée – les troublent, les ennuient… (…) Ils ont aussi l’impression que cette immigration peut se traduire par des modes de vie qui s’imposent à eux et qu’ils ne souhaitent pas », a-t-il indiqué.

Comme pour se dédouaner d’une prise de position proche des idées du Front National (FN), le Parti d’extrême droite français, Claude Guéant a tenu à préciser : « Si nous persistons à nier des réalités qui sont évidentes aux yeux de nos concitoyens, nous préparons le lit des extrêmes. Nous avons le devoir, nous qui sommes au gouvernement, de prendre en compte cette préoccupation ».

Indignation et moqueries

Le ministre français de l’Intérieur avait déjà tenu des propos similaires jeudi dernier sur la radio Europe1. « Les Français à force d’immigration incontrôlée ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux, ou bien ils ont le sentiment de voir des pratiques qui s’imposent à eux et qui ne correspondent pas aux règles de notre vie sociale », avait affirmé l’ex-secrétaire général de l’ Élysée.

Des propos qui ont indigné la gauche. « Avoir les propos qu’a Claude Guéant à trois jours du premier tour et nous faire pleurer des larmes de crocodile en nous disant que le FN augmente, c’est vraiment se moquer des valeurs de la République », a déclaré Martine Aubry, la secrétaire général du Parti socialiste (PS). Du côté du FN, l’ironie était de mise. Marine Le Pen, la nouvelle et très en vogue secrétaire général du parti a estimé que Claude Guéant « pourrait être adhérent d’honneur du FN ». « Si jamais je reçois cette carte, je la renverrai immédiatement à Mme Le Pen », a rétorqué l’intéressé.

Une partie de la majorité présidentielle a exprimé son soutien au ministre d’État Claude Guéant. A l’approche des élections présidentielles de 2012, l’UMP exploite les thèmes chers à l’extrême-droite. Le FN et l’UMP sont arrivés coude à coude lors du premier tour des cantonales, avec respectivement 15% et 16,7% des suffrages. Le PS, grand vainqueur de ce scrutin, a récolté 32% des voix. Le second tour est prévu pour le 27 mars prochain.