Îles Maurice : les lagons et l’écosystème côtier menacés

Les magnifiques plages et la beauté des lagons attirent de nombreux touristes, chaque année, sur l’île Maurice. Toutefois, ces dernières années, une menace plane sur les lagons et l’ensemble de l’écosystème marin de l’île. En effet, une dégradation nette de la faune et de la flore marine est constatée. Les zones côtières surpeuplées sont de plus en plus menacées.

Rappelons que les récifs coralliens de l’île Maurice abritent 700 espèces de coraux et 4 000 espèces de poissons, sans compter les milliers d’animaux aquatiques et de plantes qui y vivent. Cependant, ces dernières années, 60% des coraux ont dégénéré à cause du blanchissement. La fermeture de certaines plages est la première solution à cette situation alarmante. Cette fermeture permettra la régénération et la restructuration des coraux.

Outre les coraux, plusieurs ressources de l’écosystème côtier de l’île sont également touchées. On peut citer les herbiers marins, les zones humides ainsi que les mangroves.

Par ailleurs, les structures, telles que les jetées, les épis et les murs le long du littoral aggravent l’érosion des plages (une montée du niveau de la mer de plus de 5 mm par an a été constatée). Ces structures, au lieu de protéger la côte ne font que l’endommager. Le mieux est d’utiliser des sources naturelles pour renforcer la résilience.

Face à cette situation, François Rogers, de la Reef Conservation préconise une vaste campagne de sensibilisation de la population accompagnée d’une éducation adéquate. Il estime ainsi que des fonds publics doivent être débloqués pour mettre en place une campagne nationale de communication dans les villes, villages et écoles. Une telle campagne sera évidemment suivie d’un monitoring et d’une évaluation régulière.

Il est à noter que plusieurs études ont déjà été menées sur les dangers planant sur l’écosystème côtier de l’île et plusieurs recommandations ont déjà été émises lors de ces études. Toutefois, ces recommandations n’ont pas été appliquées, rendant les menaces encore plus graves. Espérons qu’après les débats menés sur le sujet, plusieurs initiatives seront prises pour la gestion et la protection du littoral et de l’écosystème marin.