« Il faut choisir, on est Algérien ou on est Français », selon Marine Le Pen

La présidente du Front national, Marine Le Pen, dénonce les violences causées après la qualification pour les 8es de finale des Fennecs en Coupe du monde. Elle est d’avis que ces heurts n’ont pas recueilli l’écho médiatique qu’ils méritaient. Pour Marine Le Pen, il faut mettre fin à la double nationalité.

Les violences urbaines qui ont suivi la fête des supporters algériens dans les villes françaises, alors que 74 personnes ont été interpellées en banlieue parisienne, à Lille, Roubaix, Lyon et Marseille, ont fait réagir la présidente du Front national, Marine Le Pen, qui appelle à choisir entre la nationalité française et algérienne.

Invitée sur Europe 1, ce dimanche matin, Marine Le Pen indique que « les médias ont tenté de passer ça sous silence. Les Français en sont conscients. Les événements qui ont eu lieu et qui ont touché nos compatriotes, pour certains violentés, avec des destructions de biens publics, des attaques de policiers, des voitures brûlées, n’ont pas eu la couverture médiatique qu’ils auraient dû avoir ».

Marine Le Pen va plus loin en indiquant que ces violences sont l’illustration de l’échec d’intégration d’une partie de la population immigrée et non le fait de casseurs isolés, comme chaque rassemblement urbain en connaît. Et de lancer qu’« on pose le problème de la double nationalité. C’est un symbole ce qui se passe. Il faut mettre fin à la double nationalité. Il faut choisir, on est Algérien ou on est Français. Mais pas les deux en même temps ».

Et la présidente du Front national d’alerter : « Il faut que l’Etat retrouve son autorité. A quoi avons-nous assisté ? A la démonstration de la perte totale d’autorité de l’Etat français ».