ICF oeuvre pour une Afrique informatisée

International Connect France est une PME spécialisée dans la vente de logiciels, la maintenance informatique et l’assemblage. Son ambition prioritaire est d’initier les entreprises africaines à l’informatique. D’ailleurs, 60% du chiffre d’affaires d’ICF est à l’export.

A 40 ans, le Directeur général d’International Connect France (ICF), Jacques Moukoko, originaire du Cameroun, a développé un large réseau de partenariats avec des agences installées sur le continent. L’objectif est de permettre aux entreprises africaines d’être à même de répondre aux exigences de réactivité et de rentabilité de l’économie moderne.

Afrik.com : Quel est votre parcours ?

Jacques Moukoko : Je suis arrivé en France en 1981 et j’ai débuté des études de médecine car c’est ce que je voulais faire auparavant. Ensuite, au bout de la deuxième année d’études, je n’ai malheureusement pas obtenu le concours car on était près de 600 au total pour cent africains parmi lesquels il fallait en choisir six. Suite à cela, j’ai fait une Licence de Sciences économiques à l’université de Rouen avant de faire une année d’informatique, car c’était déjà la mode. J’ai ensuite effectué un stage dans une entreprise qui a décidé de me garder. J’y suis resté jusqu’en 1994 avant de démissionner pour créer ICF, un an plus tard.

Afrik.com : Vous travaillez beaucoup avec l’Afrique. Est-ce un choix délibéré ?

Jacques Moukoko: Je suis africain avant tout et cela me semble primordial d’apporter ma contribution, aussi modeste soit-elle, dans la construction de notre continent. Nous n’avons pas eu la chance d’avoir un modèle comme c’est le cas par exemple, pour la communauté asiatique ou juive. Nous essayons de favoriser l’investissement en Afrique et je ne manque pas d’inciter mes connaissances européennes et africaines, à s’intéresser à l’Afrique. L’année passée, 60% de notre chiffre d’affaires était à l’export. On constate que les entreprises africaines sont toutes en attente dans le secteur de l’informatique. Dès l’année prochaine, nous prévoyons la création d’un nouveau département consacré à la formation en réseaux puisque déjà le Sénégal, le Mali, la Côte d’Ivoire et la Guinée nous ont contactés à ce sujet.

Afrik.com : Avez -vous des représentants en Afrique ?

Jacques Moukoko: Nous avons un stock relativement important qui nous a amenés à développer des partenariats avec des agences locales à Douala et Yaoundé (Cameroun), Abidjan (Côte d’Ivoire) et Bangui (Centrafrique) et nous espérons nouer d’autres partenariats, notamment avec le Sénégal.

Afrik.com : Quel est votre chiffre d’affaires ?

Jacques Moukoko: Nous avons fait l’année dernière sept millions de francs et espérons arriver à plus de huit millions à la fin de celle-ci.