IBK, un messie pour les Maliens de France

L’élection présidentielle au Mali a été très suivie par la diaspora malienne habitant en France. L’élection d’Ibrahim Boubacar Keita, même si elle n’a pas encore été confirmée, suscite de vifs débats, notamment au foyer malien de Montreuil, ainsi qu’au Consulat du Mali à Bagnolet. Qu’attendent-ils de lui? Reportage

L’élection présidentielle malienne était très attendue par la diaspora malienne de France. Pour ces ressortissants maliens, elle est synonyme d’espoir. A l’entrée du foyer, certains n’hésitent pas à exprimer leur ouf de soulagement à la suite de la victoire d’Ibrahim Boubacar Keita, pointant du doigt l’affiche du Président placardée au mur. Quand d’autres, le visage marquant une pointe de déception, passent leur chemin sans se soucier du débat qui se déroule sous leurs yeux. Tous espèrent une chose : que la victoire d’Ibrahim Boubacar Keita change les choses.

IBK, l’homme providentiel

« IBK est l’homme providentiel qu’il faut pour le Mali », s’exclame Mohamed Dembo, devant son étal de marchandise. Ses propos déclenchent un vif débat à l’entrée du foyer de Montreuil. Un jeune homme vêtu en djellaba, tout juste sorti de sa prière, rend grâce à Dieu pour la victoire d’Ibrahim Boubacar Keita, « IBK est le seul qui peut nous faire sortir de la crise actuelle ». Même son de cloche dans la salle de vente du café, Ibrahim Boubacar Keita semble être le seul capable de régler les problèmes du pays. L’expression sur le visage des habitants du foyer en dit long sur leur satisfaction. « L’avenir du pays est entre ses mains », estime un jeune Malien mangeant son mafé. D’autres, s’exprimant tantôt en bambara, tantôt en français, tentent de manifester leur joie pour la victoire d’un homme qu’ils jugent honnête, capable de relever le pays, seul apte à mettre fin à la crise actuelle. Les Maliens de Montreuil attendent donc beaucoup de leur futur Président.

« Il faut à tout prix qu’il combatte la corruption »

Discutant sur leurs attentes autour d’un café, l’un d’entre eux, Cissé Toumani, tape du poing sur la table afin d’exprimer son ras-le-bol face à la corruption qui sévit dans son pays. « Il faut qu’Ibrahim Boubacar Keita mette fin à tout prix à la corruption », lance-t-il. C’est le mot d’ordre des ressortissants maliens du foyer. Leurs attentes tournent toutes pour l’essentiel autour de la corruption qui, pour eux, semble être le réel problème du pays. Doucouré Soumani, assis un peu plus loin dans la pièce, partage le même avis que son compatriote « IBK doit lutter contre la corruption qui a causé tant de souci au Mali ». Même propos tenu par Koni Traoré, entrant à peine dans la pièce. Moussa Coulibaly quant à lui, jeune Malien plutôt discret depuis le début du débat, s’exprime enfin pour faire part de son désir de réunification du pays.

« Rétablir la paix »

Un peu plus loin au foyer ainsi qu’au consulat du Mali, le débat semble tout autre. Le rétablissement de la paix est dans tous les esprits. En cuisine, les femmes aussi parlent de l’élection, notamment l’une d’entre elle, Fatoumata Diakité, qui souhaite avant tout le retour de la paix dans son pays. « Je veux que Président IBK rétablisse avant tout la paix », confie-t-elle. Un vieil homme répondant au nom de Moussa Coulibaly, venu se restaurer, soutient ses propos : « le rétablissement de la paix doit être l’un des premiers objectifs d’IBK ». Le rétablissement de la paix demeure dans tous les esprits au foyer. Au consulat du Mali, le climat calme qui règne ne semble pas perturber les quelques Maliens désireux de s’exprimer à propos de la victoire d’IBK. C’est le cas de Fofana Camara venu chercher son passeport. « L’élection d’Ibrahim Boubacar Keita va ramener la paix au Mali », explique d’une voix posée Fofana Camara, assis patiemment en attendant son tour. Ses propos ont réveillé Adama Diakité, assis tout près de lui et qui, après avoir repris ses esprits, déclare que « seule la paix peut remettre le pays sur les rails. J’espère qu’Ibrahim Boubacar Keita va faire le nécessaire afin de rétablir la paix au Mali ».