Human Rights Watch critique sévèrement le gouvernement algérien

Dans un communiqué paru mercredi sur son site internet, l’organisation internationale de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW) a, une nouvelle fois, sévèrement critiqué le gouvernement algérien. Elle l’accuse de commettre plusieurs violations des libertés publiques. « La levée de l’état d’urgence par les autorités algériennes le 24 février 2011 est un pas dans la bonne direction, mais elle n’a pas restauré les libertés civiles fondamentales des Algériens », estime à ce sujet HRW. Par ailleurs, HRW rappelle que « le droit de rassemblement est protégé par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques auquel l’Algérie est partie ». « Le droit de rassemblement est également garanti par l’article 11 de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, Charte que l’Algérie a ratifiée », précise encore le communiqué de HRW.