Henry entre dans l’histoire et place la France sur orbite

Thierry Henry est devenu mercredi le meilleur buteur de l’histoire de l’équipe de France de football, avec 43 buts, soit deux de plus que Monsieur Michel Platini. Le Barcelonais l’a fait de belle manière puisqu’il a donné aux Bleus la victoire et la première place de leur groupe de qualification à l’Euro 2008, à la 79e minute, dans un match qui devenait crispant.

On attendait Benzema, la relève lyonnaise de l’attaque de l’équipe de France de football, mercredi soir, au stade de la Beaujoire, à Nantes, et c’est le vieux Thierry Henry, 30 ans, qui a surgi. Samedi dernier, l’attaquant du FC Barcelone avait déjà égalé le record de Michel Platini du nombre de buts inscrits par un footballeur en équipe de France de football (40 buts), lors d’une promenade de santé (0-6) face aux Iles Féroé. Ses deux buts marqués mercredi face à la Lituanie ont une autre importance.

L’ex-Gunner a dégainé une première fois à la 79e minute à l’entrée de la surface de réparation adverse pour voir son tir – dévié par Franck Ribéry – tromper Karcemarskas, le portier lituanien, irréprochable dans cette rencontre. Il a récidivé deux minutes plus tard en contre, dans une position qu’il affectionne, lancé en un-contre-un face au gardien à l’entrée de la surface. Son plat du pied droit n’a laissé aucune chance à ce dernier. Avec 43 buts au compteur marqués en 96 rencontres, il devient le meilleur buteur de l’histoire de l’équipe de France de football, neuf ans après avoir trouvé pour la première fois le chemin des filets, lors de la Coupe du Monde française, en 1998, face à l’Afrique du Sud.

La France en tête de son groupe

Henry a débloqué mercredi une partie dominée de bout en bout par les Bleus mais dans laquelle les Lituaniens demeuraient une menace. Le poteau gauche trouvé par Audrius Ksanavicius, à la 16e minute, après avoir mystifié deux défenseurs, l’a prouvé en première mi-temps. Le souvenir du match perdu face à l’Ecosse le 12 septembre dernier au Parc des Princes (Paris) aurait même pu donner l’idée à Raymond Domenech de rester vigilant et assurer au minimum le point du nul. D’autant que l’Ecosse avait perdu 2-0 en Géorgie quelques heures plus tôt et offrait la chance à l’équipe de France de prendre un fauteuil plus confortable dans la course à la qualification.

Au contraire, l’entraîneur français a fait entrer en jeu le milieu offensif lyonnais Ben Arfa au milieu de la seconde période, en remplacement de Lassana Diarra, pour redonner du punch à son attaque. Coaching payant, la France est aujourd’hui première de son groupe avec un point d’avance sur l’Ecosse et deux sur l’Italie. Ses deux adversaires directs s’affronteront le 17 novembre prochain lors du dernier match de poule, la France allant en Ukraine quatre jours plus tard.