Halte à l’hypocrisie sur le logement des africains en France

Au-delà de la couleur de peau, des manifestations de rue et de
toute forme de compassion, la question du logement des africains
en Europe est un véritable problème épineux. Il faudra avoir du
courage pour l’attaquer afin que chacun puisse avoir le logement
qui lui ressemble.

Le logement est l’un des terrains symboliques les plus visibles où se jouent les rapports de force les plus délicats. C’est le champ des manifestations les plus visibles de la place qu’une société accorde aux différentes catégories de personnes. La bataille des associations pour le droit au logement des africains constitue indéniablement une diversion qui finit par faire oublier qu’au-delà de tout, toute personne à droit au logement qui lui ressemble en fonction de ses moyens et non pas en fonction de ses origines ethniques. En se battant pour le
droit au logement et en acceptant que les africains aient un logement quelque soit l’endroit, on finit par accepter de façon implicite le logement octroyé comme une aubaine et de fait on s’inscrit dans le camp des vaincus et de la ghettoïsation forcée.

Quel africain n’a pas déjà entendu ou vécu, dans son entourage personnel «la ségrégation des africains au logement est une honte ; il faut absolument faire quelque chose »?

Quel africain n’a pas dans son entourage une connaissance touchée par cette humiliation? Souvent brutale, sournoise et inexpliquée, la ségrégation au logement des africains peut-être perçue comme un moyen implicite ou explicite pour certains de manifester leur complexe de supériorité et pour d’autres, leur complexe d’infériorité.

Pour reprendre à son compte un vieux proverbe ivoirien disant que « la main qui tend est toujours en bas de la main qui donne », AIC est persuadé que la solution au Logement des africains la plus efficace n’est ni dans la rue, ni dans l’affrontement judiciaire mais dans le pouvoir économique.

Nous entendons souvent dire que les juifs sont organisés et que personne ne peut les attaquer sans conséquence. Fantasme ou réalité. Peu importe. Ils ont le mérite d’être économiquement organisés et il faut saluer ce fait.

Pour tous ceux pour qui l’Afrique n’est ni synonyme de misère, ni un terrain d’expérimentation pour les organismes humanitaires, Il faut maintenant tordre le cou économiquement à toutes les agences immobilières et bailleurs qui font de la ségrégation.

La ségrégation au logement des africains est surtout un problème économique. Aujourd’hui, les africains, quelque soit leur situation, sont parqués dans les quartiers les plus défavorisés en Europe et ils finissent par vivre cette situation comme une fatalité à laquelle ils ne peuvent rien. Foutaise. Triple foutaises. Nous avons collectivement les moyens de notre action à condition de jouer les lois du marché et d’agir sur les pans du marché sur lesquels l’offre est supérieure à la demande. Acheter des biens en passant uniquement par des agences immobilières et bailleurs pour qui la diversité est une richesse, c’est favoriser ce mouvement de refus par l’économique de toute forme de discrimination. Nous avons monté une entreprise pour venir à bout de ce problème qui, pour nous, est avant tout un problème économique. Nous savons que ce n’est pas facile car la question du logement pose aussi des questions plus profondes liées à la perception que les occidentaux ont de la place des africains dans la cité et de la place que ces derniers s’octroient. Nous avons été victimes, plus ou moins consentants, de cette ségrégation. Aujourd’hui, après analyse, nous pensons qu’une entreprise est plus apte qu’une association pour régler ce problème. C’est aussi et surtout un signal montrant que c’est collectivement que nous sommes forts individuellement.

Non nous ne sommes pas des philanthropes. Oui, nous pensons que
l’économique peut venir à bout de cette situation intolérable. Oui, nous pensons que les étudiants africains ne demandent pas l’aumône mais tout simplement le logement qui leur ressemble en fonction de leur moyen.

Oui nous sommes aussi persuadés qu’au-delà des mots, il faut inventer le devoir d’agir économique. C’est la raison d’être de notre entreprise qui, au passant signifie « Ascenceur » par l’Initiative Economique et la Liberté d’Entreprendre avec un C qui rappelle le ciel. Aussi, développer ce marché est un acte économiquement fiable et humainement intelligent.

Daby POUYE

Professeur de marketing

PDG de Ascenciele International Corporation

Web site : www.ascenciele.com