Haïti, l’insupportable souffrance

Que sait-on d’Haïti ? Qui pleure les morts des catastrophes qui jalonnent son histoire ? Des millions de morts, bien avant le séisme, victimes des caprices des hommes, plus ravageurs encore que ceux de la nature. Frappée par le racisme depuis Colomb, colonie française niée par Chirac, Haïti était trop proche de Cuba pour échapper aux convoitises des États-Unis, et être laissée sous la responsabilité de Jean-Bertrand Aristide, premier président démocratiquement élu.

En souvenir de Jefferson et de Bonaparte, Washington et Paris, en 2004, se sont ligués pour enlever un président, le déporter en Afrique et faire passer ce coup d’État pour une démission sous la pression d’une «opposition » montée de toutes pièces. Le peuple proteste ? Les forces armées états-uniennes ripostent contre ces «rebelles».

La répression a fait couler beaucoup de sang mais, paradoxalement, peu d’encre. La presse française s’en est tenue aux communiqués du ministre des Affaires étrangères, un certain Dominique de Villepin.

Témoin du coup d’État, Randall Robinson, dans Haïti : l’insupportable souffrance, grâce à des sources de première main, lève enfin le voile sur des vérités jusque là occultées : complot politique, intoxication de l’opinion. Tout cela parce que des esclaves ont osé s’émanciper en 1804 ! Manipulée par d’anciens pays esclavagistes soucieux de revanche, Haïti reste la proie des calomnies et du mépris des pays colonisateurs.

Le livre de Randall Robinson, best-seller aux États-Unis, a été plébiscité par Clinton et Obama. Robinson y révèle d’effroyables secrets d’État qui prennent un singulier relief depuis le drame du 12 janvier 2010. Hasard ou coïncidence ? Nicolas Sarkozy, qui s’est étonné, lors d’un récent voyage en Afrique du Sud, du sort réservé au président Aristide, vient d’avancer son voyage en Haïti, pour le faire coïncider avec le jour prévu pour la sortie du livre.

Cet ouvrage, programmé bien avant le séisme, est publié chez Alphée, dans la collection Ethiopica fondée et dirigée par Claude Ribbe, qui en a rédigé la préface.

Sortie : 18 février 2010