Haïti et le tremblement de terre de 2010 : retour sur un désastre humanitaire


Lecture 3 min.
Haiti seisme 2010

Le 12 janvier 2010, un séisme de magnitude 7,0 a frappé Haïti et détruit Port-au-Prince et d’autres villes à proximité. Lors du tremblement de terre, tout le monde a été touché, qu’il soit riche ou pauvre. Lors du tremblement de terre, de nombreuses personnes sont mortes et de nombreuses maisons ont été détruites. Les gens n’ont pas pu trouver d’endroit où dormir parce que la plupart avaient perdu leur maison. Après le 12 janvier 2010, rien ne pouvait fonctionner dans le pays, car partout était brisé et abandonné. Les gens ne pouvaient pas se rendre à l’hôpital pour y être soignés, car les hôpitaux s’étaient effondrés et nombreux sont ceux qui ont dû vivre dehors.

Selon les estimations officielles, plus de 316 000 personnes ont été tuées, plus de 300 000 ont été blessées, plus de 1,3 million ont été déplacées, plus de 97 000 maisons ont été détruites et 188 383 endommagées dans la région de Port-au-Prince et dans une grande partie du sud d’Haïti. L’État ne pouvait rien faire pour les familles de ceux qui sont morts parce que l’État même avait été touché. Les gens n’avaient pas de temps pour les autres parce que chacun cherchait sa famille. De nombreuses personnes ont perdu des membres de leur fratrie. De nombreux Haïtiens de la diaspora ont perdu leurs familles et n’ont pas pu revenir au pays à l’époque, car l’aéroport n’était pas ouvert. Le pays tout entier était dans l’obscurité, car il n’y avait pas d’électricité à Port-au-Prince et dans la plupart des villes.

Werley Nortreus, victime et témoin qui se trouvait à Port-au-Prince à l’époque, a indiqué qu’il était dans sa chambre avec son frère lorsque le tremblement de terre a frappé Haïti. Il venait de l’école et enlevait ses vêtements dans sa chambre. Lui et sa famille étaient à la maison et ils ont senti la maison trembler avant de s’effondrer avec eux. Ils ont perdu leur maison. Ce sont les voisins qui ont cassé une fenêtre pour les faire sortir. Ce qui les a sauvés de l’étouffement et certainement de la mort.

« Nous avons entendu un gros boom, puis la maison a commencé à trembler de gauche à droite, puis s’est effondrée. Après le tremblement de terre, j’ai vu des corps dans les rues, des maisons se sont effondrées. C’était l’obscurité parce qu’il n’y avait pas d’électricité du tout. Ma famille et moi sommes devenus sans abri, nous avons passé des mois à dormir dans la rue avec des inconnus. Ma famille et moi avons déménagé en République dominicaine pour échapper à la douleur et à la misère. De là, nous sommes allés en Amérique pour chercher une vie meilleure », a indiqué Werley Nortreus à propos du tremblement de terre de 2010, en Haïti.

11 ans plus tard, après le tremblement de terre de 2010, les Haïtiens du monde entier ont rendu hommage aux victimes et à tous ceux qui sont morts. Ce tremblement de terre, les gens du monde entier ne l’oublieront jamais, car la plupart des Haïtiens ont perdu leurs proches et leurs amis pendant cette catastrophe. Après le tremblement de terre, le monde a réagi en envoyant littéralement des militaires et des travailleurs humanitaires pour aider le peuple haïtien. Plus d’un milliard de dollars ont été levés par des organisations internationales (ONG) et le gouvernement haïtien (PHTK), mais toujours pas de progrès dans le pays. Malheureusement, 11 ans après la secousse, rien n’a changé.

La terre entière se souvient de la catastrophe et a témoigné de son amour et sa sympathie aux familles haïtiennes à travers le monde, alors qu’Haïti célèbre cette journée historique qui a causé la mort de milliers de personnes.

Auteur : Bob Duval, journaliste et écrivain vivant dans les Caraïbes qui couvre l’actualité des Caraïbes et de l’international. Il adore écrire des histoires sur la politique, les arts, le divertissement et la culture. Il a également écrit des histoires pour des stations de radio locales et des chaînes de télévision locales en Haïti.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter