Guyane : c’est la grève générale illimitée

La tension monte en Guyane où les 37 syndicats réunis au sein de l’Union des travailleurs guyanais (UTG) ont voté la grève générale illimitée et prévoient une journée morte demain mardi 28 mars 2017.

Tout en exigeant un plan d’urgence de l’éducation en Guyane, les 37 syndicats réunis au sein de l’Union des travailleurs guyanais (UTG) ont voté la grève générale illimitée et prévoient une journée morte mardi.

Selon la presse française, il n’y avait cependant pas beaucoup de monde lundi matin sur les barrages de Cayenne et Rémire-Montjoly ni devant le rectorat à Cayenne. Sur BFMTV, le sénateur PS de Guyane, Antoine Karam, dit son amrtume : « On a l’impression que le gouvernement ne perçoit pas le ras le bol de la population (…). Aujourd’hui il y a encore 30% de la population qui n’a pas accès à l’eau potable ou à l’électricité (…). Nous ne sommes pas traités au même titre que les Français de l’Hexagone ».

Dès dimanche, des barrages de poids-lourds arboraient des slogans explicites: « Hollande, il est où ton pacte d’avenir ? Pas de routes, pas de développement ». La ministre des Outre-mer a reconnu que « la situation est tendue » en Guyane. Pour sa part, Air France a annulé ses vols vers Cayenne dimanche et lundi et Air Caraïbes lundi.

Face à la grève générale illimitée, Bernard Cazeneuve a répondu, ce lundi 27 mars 2017, à l’une des revendications des acteurs sociaux en annonçant la venue de ministres avant la fin de semaine, souligne France-Guyane.