Guinée, Législatives du 16 février : 33 partis déjà candidats, Cellou Dalein Diallo isolé ?

Cellou Dalein Diallo, président de l'UFDG

Une bonne partie de l’opposition guinéenne ne semble pas partager la position exprimée récemment par Cellou Dalein Diallo, président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), par rapport aux élections législatives du 16 février. En effet à 2 heures de la clôture du dépôt des candidatures, déjà 33 ont déjà fait acte de candidature.

« Nous ferons tout pour empêcher que les élections législatives aient lieu, jusqu’à ce que les conditions d’un scrutin équitable, transparent et juste soient réunies ». Ces propos avaient été tenus par Cellou Dalein Diallo, président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), par ailleurs chef de file de l’opposition, ne semblent pas bien être entendus. Aujourd’hui, un bon pan de l’opposition ne semble pas épouser ces convictions.

En effet, à 2 heures de la clôture du dépôt des candidatures pour les Législatives du 16 février, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) avaient déjà enregistré la candidature de 33 partis politiques dont 12 ont présenté des candidats à la fois au scrutin de liste nationale à la représentation proportionnelle et au scrutin majoritaire uninominal à un tour. C’est Macka Diallo, membre de la commission de réception et de gestion des dossiers de candidatures qui a ainsi fait le point devant la presse. Dans le même temps, 4 partis politiques se sont uniquement présentés à la liste uninominale tandis que 17 ont des candidats à la liste nationale à la représentation proportionnelle.

Cellou Dalein Diallo avait déclaré que l’opposition ne peut participer, ni accepter qu’une élection basée sur le fichier actuel, soit organisée, parce qu’elle ne reflétera pas la volonté populaire. Dans le même sillage, il avait décliné les conditions à remplir pour que l’opposition participe aux Législatives. Il s’agit de procéder à l’apurement du fichier électoral et d’achever les élections locales