Guinée : le peuple encore dans la rue pour réclamer l’électricité

Depuis près d’une semaine, plusieurs quartiers de la capitale Conakry enregistrent des manifestations contre le manque de l’électricité. Ils sont chaque jour des milliers de jeunes et de femmes qui sortent dans les rues pour réclamer le courant dans les foyers.

(De notre correspondant à Conakry)

Il y a de l’électricité dans l’air à Conakry. Chaque jour que Dieu fait, il y a un quartier qui se soulève pour réclamer le courant. Après les quartiers de Bambéto, Hamdallaye, Cosa, Nongo, Gbéssia le mardi et mercredi, ce sont les populations des quartiers Dixinn et Lambandji qui ont barricadé, ce jeudi, la grande artère principale qui mène au centre ville de Kaloum.

Les manifestants sont essentiellement composés de jeunes, d’enfants et de femmes. Ils scandent des slogans hostiles au pouvoir d’Alpha Condé et de la société guinéenne d’Electricité (EDG). Comme « Alpha Zéro », « EDG zéro ». Certains d’entre eux exhibent la photo du capitaine Moussa Dadis Camara, ex-chef de la junte, comme pour dire qu’à son temps, il y avait de l’électricité à Conakry.

« Nous sommes aujourd’hui dans la rue pour exprimer notre mécontentement face au manque de courant », indique un manifestant très remonté. Avant d’ajouter : « Ça fait cinq jours que nous n’avons pas de l’électricité alors que nous sommes au mois de Ramadan ». Dans la foulée, un autre manifestant lance : « Ce gouvernement est incapable. Le président Alpha Condé n’a pas tenu ses promesses. Il avait promis l’eau et le courant aux Guinéens, mais aujourd’hui on vit dans l’obscurité ».

Contacté par Afrik.com, le chargé de communication de l’Electricité de Guinée, Laye Kouyaté exprime sa désolation à la population de Conakry. Selon lui, des travaux sont en cours pour ramener l’électricité dans la capitale. « Je demande à la population de patienter », a-t-il déclaré.

Depuis toujours, Conakry est plongé dans le noir. Le gouvernement de Mohamed Saïd Fofana a débloqué plusieurs fonds pour résoudre le problème, en vain. Ces manifestations se tiennent au moment où le pays avance vers l’organisation des élections législatives, prévues pour le 24 septembre prochain.