Guinée : le forcing de Condé débouche sur un scrutin meurtrier


Lecture 2 min.
L'ex-Président guinéen, Alpha Condé
L'ex-Président guinéen, Alpha Condé

Le scrutin législatif, tenu ce dimanche 22 mars 2020, en même temps que le référendum constitutionnel a donné lieu à des violences électorales sans précédant ayant causé la morts de plusieurs personnes en Guinée.

Les différentes mises en garde n’ont pas poussé Alpha Condé à surseoir à l’organisation de ces élections qui n’étaient pourtant pas prioritaire, avec le contexte mondial lié à la pandémie du Coronavirus qui a fait des milliers de morts dans le monde. Parlant du Coronavirus, c’est pourtant le prétexte servi par le Président de Guinée, Alpha Condé, pour poliment éconduire la délégation de chefs d’Etat de la CEDEAO qui devait se rendre à Conakry pour tenter de le raisonner.

La requête de Muhammadu Buhari du Nigeria, Mahamadou Issoufou du Niger, Alassane Dramane Ouattara de Côte d’Ivoire et Nana Akufo-Addo du Ghana, a reçu une fin de non recevoir du dirigeant guinéen au motif de la pandémie du Coronavirus. Laquelle épidémie mondiale ne l’a pourtant pas empêché d’organiser les scrutins alors même qu’il est accusé, à travers de référendum, de manœuvrer pour briguer un troisième mandat que lui interdit l’actuelle Constitution.

Le vote a eu lieu ce dimanche 22 mars, sur fond de violences meurtrières. Outre les bureaux de vote attaqués, le matériel électoral incendié, des heurts ont éclaté entre les forces de l’ordre et les opposants. Dans un communiqué le collectif de l’opposition et de la société civile guinéennes, le Front National de Défense de la Constitution (FNDC), affirme : « au moins dix personnes ont été tuées à Conakry ».

Le mouvement ajoute que les manifestants ont « bravé les balles des forces de l’ordre qui ont arrêté massivement, tiré aveuglément, molesté cruellement, tuant au moins dix personnes et blessant par balle plusieurs dizaines » de personnes ». Le FNDC appelle à intensifier les manifestations lundi et mardi pour « pousser le dictateur Alpha Condé au départ ».

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter