Guinée : le correspondant d’AFRIK.COM Mohamed Diallo tué lors d’affrontements entre militants de l’UFDG

Le correspondant d’AFRIK.COM en Guinée, Mohamed Diallo, a été tué lors d’affrontements qui ont opposé les militants de Cellou Dalein Diallo à ceux de Bah Oury.

Agé tout juste de 30 ans, Mohamed Diallo, correspondant d’AFRIK.COM a été tué dans l’exercice de ses fonctions, lors d’affrontements qui ont opposé, ce vendredi, les militants des opposants Cellou Dalein Diallo et Bah Oury, leaders du même parti de l’opposition guinéenne, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG). Grièvement blessé, Mohamed Diallo a d’abord été admis aux urgences de l’hôpital Chu Donka avant de succomber à ses blessures. Il était marié et père de deux enfants.

Les affrontements résultent de la profonde crise qui déchire actuellement le principal parti d’opposition de ce pays d’Afrique de l’Ouest. Ils ont éclaté dans l’après-midi suite à l’exclusion du vice-président Bah Oury pour « insubordination », lorsque ce dernier s’est présenté au siège du parti à 16h35 (heure locale) pour prendre part à la réunion du Bureau exécutif national de l’UFDG.

Bah Oury n’a pas pu passer le portail d’entrée du bureau du parti dont il se voyait refuser l’entrée. Dès lors, très rapidement des heurts éclatent entre les partisans du vice-président exclu et ceux de Cellou Dalein Diallo. Les deux camps ennemis se lancent des projectiles, avant qu’un coup de feu retentisse. En pleine confusion, tandis que Bah Oury réussit à s’embarquer dans un véhicule in extremis, le journaliste d’AFRIK.COM, Mohamed Diallo, est lui transpercé par une balle en pleine poitrine. Grièvement blessé, il succombe quelques minutes plus tard.

AFRIK.COM condamne avec la dernière énergie ces violences qui ont conduit à la mort de son correspondant et compte prendre les dispositions nécessaires pour que lumière soit faite sur ce drame et que l’auteur du coup de feu réponde de son acte. Tous les collègues endeuillés de Mohamed Diallo présentent à sa famille et à ses proches leurs condoléances et l’assurance de leur solidarité.