Guinée : la perpétuité pour 11 accusés du massacre de Womey

La justice guinéenne a condamné, mardi, onze personnes à la réclusion à perpétuité pour le meurtre de huit membres d’une équipe qui était chargée d’informer la population sur les risques de l’épidémie de fièvre Ebola.

Le virus Ebola, qui a fait plus de 10 000 morts en Afrique de l’Ouest, fait ses premières victimes judiciaires en Guinée. En effet, le procès des personnes accusées d’avoir tué huit membres d’une équipe de sensibilisation contre Ebola, s’est terminé mardi. Sur les 26 prévenus, onze ont été condamnés à la réclusion à perpétuité.

La Cour d’assises de Kankan, a reconnu les 11 individus d’associations de malfaiteurs, pillages et de l’assassinat de huit membres d’une équipe de sensibilisation contre Ebola, dans la sous-préfecture de Womey. Lors du procès civil, la Cour les a condamnés au paiement solidaire d’1,5 milliard de francs guinéens de dommages et intérêts.

A l’annonce du verdict, le procureur général de Cour d’appel de Kankan, William Fernandez, qui avait requis la peine de mort à l’encontre de 15 prévenus a estimé que ce verdict est « une bonne décision ». Même son de cloche pour l’avocat de la partie civile.

Le 16 septembre 2014, des membres de l’équipe anti-Ebola ont été attaqués à coups de pierre par une foule à Womey avant d’être massacrés. Les corps de huit personnes de l’équipe avaient été retrouvés quelques jours plus tard. Parmi les membres de l’équipe figuraient deux médecins et trois journalistes.