Guinée : l’imam Nanfo Ismaël Diaby craint pour sa vie

Imam Nanfo Ismaël Diaby

Même s’il persiste dans ses pratiques, en continuant de prier en langue malinké, l’imam Nanfo Ismaël Diaby vit désormais la peur au ventre. Il a peur de tout. Il a peur pour sa vie et celle de sa famille. Suffisant pour qu’il appelle au secours. Par ailleurs, la Ligue Islamique envisage de sévères sanctions à son encontre, pour le contraindre à prier en arabe.

Les Guinéens et plus précisément la population de Kankan, deuxième ville du pays, ont découvert une autre pratique de l’islam à travers l’imam Nanfo Ismaël Diaby. Ce dernierdirige la prière en malinké, la langue locale, mais cela lui est interdit par la Ligue Islamique, qui exige que la prière se fasse en langue arabe, comme partout dans le monde, selon la prescription coranique. Mais l’imam campe sur sa position, en continuant de faire prier ses adeptes à domicile, en langue malinké, après la destruction de leur mosquée par certains jeunes de la ville de Kankan.

« Toutes les créatures adorent Dieu dans leur propre langue; et Dieu les comprends toutes. Si nous prions en malinké ici, c’est parce qu’on maitrise le malinké bien que l’arabe. Le Prophète Mohamed (Paix et Salut sur lui), priait en arabe, sa langue et Abraham dans la sienne. Donc, nous prions dans notre langue aussi », s’est défendus Nanfo Ismaël Diaby, au micro de TV5 Monde.

Malgré le calvaire qu’il vit aujourd’hui en guinée et dans la ville de Kankan, cet imam d’un autre temps, continue de faire ses pratiques comme il le sent, mais avec la peur au ventre. « J’ai peur pour ma vie et pour celle de ma famille. J’appelle la communauté internationale à l’aide, parce qu’ici je suis rejeté. Les imams continuent de dire dans leurs sermons que je dois mourir », a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, la Ligue Islamique de la Guinée, lui aurait interdit de prier en langue malinké, mais aussi de prêcher dans tout le pays. « Le Prophète Mohamed (Paix et Salut sur lui), a prié en arabe, donc on ne peut pas prier dans une autre langue que l’arabe. Dieu a dit de réciter les sourates que vous maitriser, donc on ne peut pas faire cela dans d’autres langues que celle de la révélation », a mis en garde El Hadj Moussa Camara, de la section communale de la Ligue Islamique de Kankan.