Guinée-Conakry : trois morts suite à une violente manifestation à Labé

La police guinéenne

En Guinée-Conakry, trois personnes ont perdu la vie lors d’un affrontement entre les jeunes manifestants de la ville de Labé et les forces de l’ordre, dans la journée du jeudi 23 janvier 2020. Labé est l’une des villes où la population conteste farouchement le projet de révision constitutionnelle lancé par le Président Alpha Condé.

Dans la matinée du jeudi 23 janvier 2020, une forte manifestation de plusieurs centaines de jeunes a secoué la ville de Labé située dans le centre de la Guinée-Conakry. Les tensions sont très vite montées et se sont soldées par de violents heurts entre les manifestants et les forces de l’ordre qui ont fait recours aux armes à feu. Les sanglants affrontements ont entraîné la mort de trois personnes. Deux jeunes manifestants ont été tués par balles dans la matinée et un autre dans l’après-midi. Un ambulancier qui essayait d’évacuer les blessés a été pris à partie par les soldats.

Un ambulancier mort

Tôt dans la matinée, les barricades ont été érigées dans plusieurs rues de la ville. Les manifestants ont d’abord tenté de s’attaquer au gouverneur. L’armée s’est alors organisée pour l’évacuer au plus vite. Des balles ont été tirées dans la direction des manifestants touchant deux d’entre eux. L’un des deux jeunes blessés s’est réfugié dans une mosquée située à proximité de la zone de tir. Malgré l’intervention du Maire de la ville et de l’imam de la mosquée, les forces de sécurité se sont opposées à ce qu’il soit évacué à l’hôpital. C’est dans ces conditions tragiques qu’il a rendu l’âme en début d’après-midi. Plus tard, un ambulancier venu évacuer sa dépouille recevra aussi une balle.

Le maire de la ville de Labé, Mamadou Aliou, exprime sa désolation pour la situation et les pertes en vie humaine. Ce vendredi, le calme est certes revenu dans la ville, mais il plane sur Labé comme un vent de terreur et d’inquiétude. Les autorités de la ville redoutent d’ailleurs un regain de tension.