Guinée Bissau : le doute plane toujours sur la tenue des élections générales en novembre

Les élections générales sont prévues normalement dans la deuxième quinzaine du mois de novembre en Guinée Bissau, après le coup de force des militaires. Le gouvernement de transition, qui misait beaucoup sur l’aide financière pour le retour de la légalité, n’a jusque-là enregistré aucun franc dans ses caisses. Le dernier sommet extraordinaire de la CEDEAO tenu a Dakar, a été l’occasion pour le président en exercice, Alassane Ouattara, de sommer ses pairs à respecter leurs promesses.

(De notre correspondant à Dakar)

Apres l’envoi d’une force militaire ouest-africaine de quelques 600 hommes, composée de soldats du Burkina Faso, du Sénégal et du Nigeria, pour le maintien de l’ordre, la Guinée Bissau devrait bénéficier d’une aide financière pour organiser ses élections générales. Jusque-là, le ministre du Budget de la Guinée Bissau n’a pas noté d’entrée dans ses caisses. Abordant la situation en Guinée Bissau, la Conférence des chefs d’Etat de la CEDEAO exhorte les autorités de transition et les autres acteurs politiques à diligenter les préparatifs des élections générales prévues pour la fin de l’année 2013. Elle exprime sa profonde gratitude aux Etats membres qui ont accepté de contribuer financièrement au processus électoral. La Conférence instruit la Commission de prendre toutes les mesures nécessaires pour la tenue réussie des élections à travers notamment le déploiement des missions d’observation électorale et de sécurisation.

Le Président Ouattara réclame des cotisations à ses pairs

Constant cette situation, le Président Alassane Ouattara a invité, vendredi à Dakar, ses pairs de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la communauté internationale à concrétiser leurs promesses relatives au financement des élections législatives et présidentielle prévues avant la fin de l’année en Guinée-Bissau. « Concernant l’élection présidentielle et les Législatives en Guinée-Bissau, je voudrais saluer l’élan de solidarité régionale et internationale à l’endroit de ce pays frère, à travers la mobilisation effective des premières contributions au financement de ces élections générales. Le temps presse. J’encourage donc tous les donateurs à concrétiser leurs promesses de financement. Cela garantira l’organisation des élections dans ce pays (la Guinée-Bissau) », a souligné le chef de l’Etat ivoirien devant le Président par intérim de la Guinée-Bissau, Emanuel Serifo Nhamadjo.

Les élections générales sont prévues le 24 novembre prochain. Le mois d’octobre dernier, le chef d’état-major des forces armées bissau-guinéennes, le général Antonio Indjai, avait accusé les membres du gouvernement de transition de « corrompus » et d’avoir vidé les caisses du Trésor public. Sur la base de ces manquements, il n’exclurait pas de prendre le pouvoir dans le souci de sauvegarder l’intérêt général des populations, selon lui.