Guinée : Alpha Condé promet un remaniement dans les prochains jours

Le président guinéen le Pr. Alpha Condé a annoncé ce samedi au cours d’un meeting organisé par la Coalition Citoyenne au Palais du Peuple de Conakry que très prochainement il procédera à un remaniement dans l’administration.

Visiblement en colère contre certaines pratiques comme le vol, le mensonge, la corruption auxquelles se prêtent des cadres de l’administration guinéenne, le président de la République a promis des sanctions d’ici le dimanche prochain. « Ceux qui pensent qu’il n’y aura pas de remaniement avant les législatives se trompent », a averti Alpha Condé.

« Le peuple de Guinée ne peut pas se serrer la ceinture alors que des cadres véreux sont en train de se sucrer sur son dos. D’ici à dimanche…, des décisions seront prises à l’encontre des cadres dans plusieurs départements ministériels. (…) Beaucoup de têtes vont tomber et beaucoup iront en prison. Quant aux ministres en fonction actuelle, il y aura des inspections et ceux qui seront impliqués dans un détournement seront demis de leurs fonctions et poursuivis. (…) L’anarchie est terminée. Ceux qui pensent qu’il n’y aura pas de remaniement avant les législatives se trompent », a-t-il averti.

Par ailleurs, il faut préciser que le président guinéen, Alpha Condé ne s’est pas seulement défoulé sur les cadres de la fonction publique. Il s’en est pris aussi à l’opposition guinéenne (dont la plupart des leaders ont été des anciens Premiers ministres) qu’il accuse d’être les responsables de cette léthargie que le pays connue.

« (…) En vous organisant, en conscientisant les jeunes et les femmes, vous empêchez la manipulation par ceux qui ont mis ce pays à terre, à faire de la Guinée dernier pays en Afrique de l’Ouest au lieu d’être premier. Aujourd’hui, la Guinée avance. Ce qu’ils (les opposants, ndlr) n’ont pas pu faire en 25 ans, on le fait en deux ans. C’est pourquoi, ils veulent faire la pagaille en pensant qu’il y aura un notre 28 septembre. Mais il n’y aura jamais de 28 septembre. Maintenant, nous allons montrer au monde entier que la population de Conakry est pour le changement et pour les élections. Et, non pas pour ceux qui ont pillé ce pays. (…) (…) Ces opposants qui ont mis le pays à genou n’ont rien à dire », a-t-il dénoncé.

Les juges ne sont pas en reste et Alpha Condé a promis de sanctionner ceux qui rendent de mauvaises décisions. Peu après cette rencontre, le numéro guinéen Alpha Condé s’est rendu à Pamalap pour inaugurer la route Conakry-Freetown où il sera accompagné par son homologue sierra-léonais, Ernest Bai Kuruma.