Guerre contre l’Irak: Le Maroc pourrait perdre 15 milliards de DH

La guerre contre l’Irak pourrait faire perdre 15 milliards de dirhams au Maroc. L’énergie, les exportations et le tourisme seraient les secteurs les plus touchés par le conflit. Mais le royaume estime pouvoir supporter le manque à gagner.

De notre partenaire l’Economiste.

La guerre contre l’Irak aura un impact certain sur l’économie marocaine. Les experts du ministère des Finances et de la Privatisation, aidés par des cabinets internationaux, en sont convaincus. Ils ont évalué les pertes causées par cette attaque à 1,5 milliard de dollars, soit 15 milliards de DH. C’est du moins ce qui s’est dégagé de la conférence de presse donnée par Fathallah Oualalou hier (mercredi) à Rabat.

Pour le ministre des Finances, l’effet global d’une agression américaine est estimé à une perte des avoirs extérieurs d’environ un mois et demi d’importation de biens et de services. Ces avoirs, dont dispose actuellement le Maroc, plafonnent à 10 milliards de dollars, soit 100 milliards de DH. Cette coquette somme couvrira près de 10 mois d’importations en 2003. Le calcul est vite fait pour aboutir au chiffre de 1,5 milliard de dollars. Ce qui fera dire à Oualalou que ce niveau confortable des avoirs devrait permettre de résorber sans trop de difficultés les effets d’une guerre limitée dans le temps, guerre qu’il ne souhaite pas.

621 millions de dirhams de la BCP

Pour le ministre, le Maroc dispose d’une chance que beaucoup n’ont pas: il n’est pas monoproducteur. Son économie est caractérisée par une multiplicité de secteurs florissants (agrumes, pêche, tourisme…). En cas de coup dur, la compensation devrait jouer à fond. Pour le tourisme, le département de tutelle prépare un plan pour se tourner vers la demande intérieure. Une stratégie est en cours d’élaboration. Il est incontestable qu’une attaque américaine contre l’Irak entraînera une hausse de la facture énergétique, un ralentissement des exportations et un recul des recettes touristiques (…)

De notre partenaire l’Economiste.