Guadeloupe : la police interpelle violemment des manifestants

Plusieurs dizaines de manifestants ayant érigé des barrages routiers ont été interpellés par les forces de l’ordre lundi, en Guadeloupe, rapporte Le Nouvelobs.com. Le nombre de personnes arrêtées s’élève à une cinquantaine, selon l’agence AP, et à 80, selon le porte-parole du collectif contre l’exploitation outrancière (Liyannaj kont pwofitasyon : LKP), Elie Domota. Parmi ces personnes interpellées, certaines ont été frappées par les forces de l’ordre. L’un des responsables du LKP, Alex Lollia, s’est vu délivrer à l’hôpital cinq jours d’interruption temporaire de travail (ITT) après avoir été blessé par la police, indique Le Monde.fr. Il a expliqué aux journalistes présents à sa sortie de l’hôpital, où il portait une minerve, que « les CRS sont arrivés en masse, ils ont commencé à nous frapper et à lancer des gaz lacrymogènes. C’était excessivement violent ». Le syndicaliste a affirmé avoir entendu des policiers proférer des insultes racistes. Les négociations entre les grévistes, les patrons et l’Etat restent au point mort.