Gri-gri et humour anthracite

Le journal le plus corrosif du continent a enfin son site. Le Gri-gri international, interface sobre pour info au vitriol. Simple et rapide à charger, le scandaleux fanzine poursuit sur le Net sa vocation affichée : le harcèlement textuel des dictateurs africains.

Le Gri-gri international, quinzomadaire africain corrosif et satirique lancé il n’y a même pas un an poursuit son travail de dérision sur le web. Pour s’aérer l’information et respirer un peu malgré la pression des dictatures, une seule adresse : legrigri.net. Le site, d’une sobriété graphique exemplaire, est rapide à charger et doté d’une interface très claire. Non, Le Gri-gri n’a pas pour autant changé depuis sa version papier, rassurez-vous, le ton demeure tout aussi impertinent et le calembour reste à l’honneur.

Le plan du site peut surprendre les internautes qui ne se sont pas encore frottés à l’humour du bimensuel gabonais. Sous la rubrique  » 1er Gaou « , comprendre : la perle journalistique du mois ou l’extrait le plus idiot tiré de la presse. En cliquant sur  » Les petites z’amulettes « , allez donc jeter un oeil à l’info la plus explosive. Dans  » Très pour trait « , c’est l’hagiographie inversée d’un dictateur africain – ce mois-ci  » Idriss Deby-de-boisson  » (sic) – qui s’offre au regard amusé du lecteur. Seize chapitres en tout et pour tout de rire et d’info pour surfeurs avertis.

Le prix de la liberté

Le site vient d’ouvrir, alors, évidemment, on déplore encore quelques vides cruels. Les archives ne sont pas en ligne pour le moment et le forum sonne creux. Mais le dernier numéro du journal est déjà totalement disponible. La rédaction de ce courageux bimensuel risque gros en offrant ainsi gratuitement à ses lecteurs une version web. Pour rester indépendant, le journal, interdit au Gabon, n’accepte aucune publicité… Alors si vous aimez ce site à l’esprit libre et à l’humour noir, pourquoi ne pas finir votre visite par la page des abonnements ?

Hypolite Traoré