Grèves du personnel soignant au Kenya : les syndicats donnent un délai de trois semaines au gouvernement

Le Président kényan, Uhuru Kenyatta

Au Kenya, plusieurs syndicats du personnel de la santé avaient prévu de lancer un mouvement de grève, à compter de ce lundi 18 mai 2020, pour forcer la main au gouvernement afin d’obtenir plus de matériel de protection contre le Coronavirus et exiger une augmentation salariale. Mais les syndicats ont décidé de repousser le mouvement pour donner un peu plus du temps au gouvernement afin que ce dernier satisfasse leurs exigences.

Report des mouvements de grève pour 21 jours ; c’est la décision prise par les syndicats du personnel soignant kényan à l’issue des pourparlers tenus avec le ministère de la Santé, ce week-end. Ladite décision a été prise pour donner une chance au gouvernement de trouver une solution à la crise sans que les soignants ne soient obligés d’aller en grève. Au cours de ces 21 jours, les pourparlers se poursuivront entre le ministère de la Santé et les syndicats des travailleurs du domaine de la santé pour essayer de trouver un terrain d’entente. Le cadre du dialogue a d’ailleurs déjà été adopté.

Il est à souligner que les revendications des syndicats des professionnels de la santé ne sont pas nouvelles et que l’arrivée de l’épidémie du Coronavirus n’a fait qu’empirer une situation déjà assez tendue. Ils revendiquent des mesures sociales telles que l’harmonisation des assurances ou des promotions, des primes de risques et des aides sociales, et accusent le gouvernement de ne pas prendre leurs cas au sérieux. Avec l’avènement du Coronavirus dans le pays, l’ambiance est devenue beaucoup plus tendue car les professionnels de la santé prennent beaucoup de risques en étant au front dans la lutte contre l’épidémie. Ils estiment que c’est le moment pour que les autorités donnent satisfaction à leurs réclamations.

Une mauvaise période pour faire une grève

De nouvelles revendications se sont ajoutées aux anciennes avec l’arrivée de l’épidémie. Le personnel soignant exige que le gouvernement leur fournisse l’équipement nécessaire pour se protéger et soigner, dans les conditions requises, les personnes infectées par le virus. Les mois passés, ils avaient déjà plus ou moins manifesté leur mécontentement. En mi-mars dernier, certains infirmiers du grand centre de quarantaine du pays avaient observé un certain ralentissement dans leur rythme de travail. À la fin du même mois, certains agents de santé avaient carrément refusé de soigner les patients qui présentaient les symptômes du Covid-19. Certains syndicats conseillent aux travailleurs qui se sentent en insécurité de faire recours à leur droit de retrait.

En cette période où le nombre de personnes infectées par le Coronavirus monte en flèche au Kenya et où une campagne de dépistage massive est en cours, une grève du personnel soignant pourrait entraîner des dommages irréversibles et donner le champ libre au virus de se propager en masse.