Grégory Baugé : « J’ai confiance en moi, c’est tout »

Grégory Baugé Champion du monde

Grégory Baugé, 25 ans, a été sacré dimanche pour la deuxième fois consécutive champion du monde de cyclisme sur piste de la vitesse individuelle, la discipline reine. Il a répondu par téléphone aux questions d’Afrik.com juste après sa victoire.

Afrik: Félicitations. Vous conservez votre titre mondial. Mission accomplie ?

Grégory Baugé: Grands éclats de rires. Je suis extrêmement content. Je suis heureux, Je suis aux anges. C’est la deuxième fois consécutive, je suis très très content

Afrik: Pourtant, lorsque nous vous avons rencontré il y a quelques jours, vous ne sembliez pas aussi serein…

Grégory Baugé: J’avais du mal avant d’arriver ici (Copenhague, ndlr). Je n’avais pas les sensations, je ne pouvais pas dire vraiment quel était mon niveau de forme. Mais très vite, lorsqu’on a débarqué, on est rentré tout de suite dans la compétition. On était dedans.

Afrik: Le doute n’est jamais revenu ?

Grégory Baugé: Non non (ferme). Je suis venu chercher un nouveau titre. A aucun moment, je me suis qu’il faut que je conserve mon titre. Non : je suis venu chercher une nouvelle couronne de champion du monde

Afrik: On vous a vu très concentré avant le départ, qu’est ce que vous vous disiez à ce moment là ?

Grégory Baugé: Je me disais que je ne suis pas arrivé là par hasard, qu’il ne me restait plus que deux matchs de vitesse à remporter pour accomplir ma mission

Afrik: Vous repartez avec deux médailles, une en or en individuel et une en argent en équipe, quel bilan tirez-vous de ces championnats ?

Grégory Baugé: Bons championnats, bons championnats. Non seulement je ramène deux médailles, mais mon camarade de l’US Créteil (son équipe, ndlr) en a gagné une aussi. Je suis très content. C’est tout bon. C’est du bonheur.

Afrik: Et maintenant ?

Grégory Baugé: Je n’en sais rien pour l’instant. Je vais savourer ma victoire et après on verra

Afrik: votre camarade d’équipe et adversaire en demi-finales Kevin Sireau dit que vous n’êtes pas imbatable

Grégory Baugé: (Rires prolongés). ça me fait rire, mais c’est du sprint, ça se joue à rien. Là je suis champion du monde mais j’aurais pu perdre en quarts de finale même en demi-finales c’est comme ça c’est du sprint. J’ai confiance en moi, c’est tout.

Afrik: Qu’allez-vous faire dans les prochains jours ?

Grégory Baugé: Je vais prendre une semaine pour répondre aux coups de fils des amis, ensuite je prendrai des vacances.

Retrouvez le Portrait de Grégory Baugé