« Grâce à Numericable, SFR se dote d’un outil industriel »

Numericable a coiffé au poteau Bouygues Telecom dans la course effrénée pour le rachat de SFR. Quinze jours après la transaction,
Jean-Yves Charlier, PDG de SFR, évoque ce qui a motivé ce choix.

Numericable a coiffé au poteau Bouygues Telecom dans la course effrénée pour le rachat de SFR. Quinze jours après la transaction, dans un entretien avec Le Figaro, Jean-Yves Charlier, PDG de SFR, évoque ce qui a motivé le choix.

Revenant sur le processus de cession, Jean-Yves Charlier indique que lorsque Numericable et Bouygues Telecom se sont présentés pour racheter SFR, décision avait été prise par Vivendi, d’introduire sa filiale (SFR) en Bourse. Et de préciser que « c’était une opportunité unique que nous avons saisie. Nous avons préparé avec la même attention et en toute neutralité un projet industriel avec chacun des deux candidats, Bouygues Telecom et Numericable. D’un point de vue industriel, les deux projets étaient pertinents pour SFR ».

Jean-Yves Charlier va plus loin en précisant que « grâce à Numericable, SFR se dote d’un outil industriel qui pour la première fois le place devant Orange, dans le très haut débit ». Pour le PDG de SFR, ce rapprochement est d’autant plus pertinent qu’il ne sera pas très difficile d’intégrer deux entreprises dont les métiers sont complémentaires et dont les tailles sont très différentes. La marque SFR sera maintenue pour tout le groupe ».

Abordant la question de l’emploi, Jean-Yves Charlier « rappelle que dès le départ Martin Bouygues, pour Bouygues, et Patrick Drahi, pour Altice-Numericable, avaient pris des engagements. C’était inédit ! Nous sommes à présent en train de formaliser ces engagements dans le cadre d’un accord avec les représentants syndicaux », précisant que « la transition se fera par étapes. Le dossier a été déposé mercredi à 17 heures devant l’Autorité de la concurrence, qui a fait savoir qu’elle ouvrirait une étude approfondie ».

Toutefois, Jean-Yves Charlier prévient que « la guerre des prix va continuer, pendant un certain temps. Mais ce n’est pas tenable sur le long terme ».