Goodluck Jonathan à Pékin : « la Chine s’intéresse au pétrole nigérian »

Goodluck Jonathan, Président du Nigeria, s’est rendu mardi 9 juillet à Pékin, dans la capitale chinoise, pour une visite officielle de quatre jours. Le Président nigérian s’est entretenu mercredi avec son homologue chinois, Xi Jinping, sur le renforcement des partenariats économiques entre les deux pays. Joint par Afrik.com, Philippe Hugon, chercheur et spécialiste de l’Afrique de l’Ouest, analyse les enjeux de cette visite.

Le Nigeria part à la conquête de l’empire du Milieu. Le Président nigérian s’est rendu ce mardi 9 juillet en Chine, pour une visite officielle de quatre jours. Le ton est déjà donné. Quelques jours avant le déplacement de Goodluck Jonathan en Chine, sa ministre des Finances, Ngozi Okonjo-Iweala, souligne les grands axes : développer le commerce, accroître les investissements chinois au Nigeria et mettre en place un partenariat à long terme.

Après s’être entretenu mercredi avec Xi Jinping, Goodluck Jonathan a eu droit à des discussions avec différents dirigeants de grandes compagnies chinoises. Le Président ne veut pas passer pour un touriste ou un homme d’Etat venu juste raffermir les liens forts existant entre la Chine et l’Afrique. Il vient en effet négocier un emprunt de 3 milliards de dollars pour financer des projets d’infrastructures auxquels seront associées des entreprises chinoises.

« 2 milliards de dollars en 2005 à 13 milliards de dollars en 2012 »

Confronté à une augmentation exponentielle de sa population (plus de 200 millions d’habitants), le Nigeria fait de son partenariat avec la Chine un atout de taille, en vue de répondre au besoin du pays. Le partenariat se porte bien pour le moment. D’après Olesegun Aganga, ministre nigérian du Commerce et des Investissements, en sept ans, les échanges commerciaux bilatéraux ont été multipliés par six, passant ainsi de 2 milliards de dollars en 2005 à 13 milliards de dollars en 2012. Ce déplacement pourrait susciter des jalousies. La Grande Bretagne et les Etats-Unis, les deux principaux partenaires du Nigeria, risquent gros.

Interrogé par Afrik.com sur les enjeux de cette visite, Philippe Hugon fait le point. Sur l’importance de la visite de Goodluck Jonathan pour la Chine, le spécialiste déclare : « cette visite est très importante pour la Chine. Il faut noter que le Nigeria est l’une des plus grandes puissances du continent africain, avec l’Afrique du Sud. C’est un pays qui a du pétrole et un marché énorme. Et la Chine s’intéresse à son pétrole et à son marché. C’est également un pays dont le revenu de la population est très élevé, même si l’on note que la richesse dans ce pays est inégalement répartie. Cette visite s’inscrit évidemment dans cette logique pour la Chine de tisser de forts liens avec les puissances africaines ».

« Le Nigeria peut éventuellement recevoir des financements de la Chine »

Sur les bénéfices que peut tirer le Nigeria en retour, Philippe Hugon précise : « le Nigeria peut éventuellement recevoir des financements de la part de la Chine. Il peut également bénéficier de transferts de technologie, étant donné que la Chine est bien avancée dans ce domaine. Mais il faut ajouter que la Chine peut aussi assister ce pays dans le domaine l’énergie renouvelable ».

Sur la question de savoir si une telle visite ne risque pas de susciter la jalousie de Londres et de Washington, le chercheur ne mâche pas ses mots : « on n’est plus dans des relations post-coloniales. Les pays occidentaux savent très bien qu’ils ne peuvent plus interférer dans les affaires des Etats africains. La colonisation est terminée depuis plus de 50 ans et les pays africains peuvent tisser des relations diplomatiques avec n’importe quel autre pays ».

Le spécialiste conclut que le Nigeria sera sans nul doute l’un des partenaires privilégiés de la Chine dans les années à venir, avec l’Afrique du Sud. «Ceci est dû à leur potentiel démographique, mais aussi et surtout économique», assure-t-il.