Ghana : nuit de rixe au Parlement

Bagarre entre députés au Parlement du Ghana

La nuit du mercredi au jeudi n’a pas été de tout repos pour les nouveaux élus au Parlement ghanéen. Le siège de l’Assemblée nationale a été le théâtre de scènes de bagarre retransmises en direct à la télévision. Il a fallu l’intervention de l’armée pour ramener le calme et achever l’élection du Président de l’institution.

Dans la nuit du mercredi au jeudi, les nouveaux députés ghanéens élus lors du double scrutin présidentiel et législatif du 7 décembre 2020 devaient choisir le président de l’Assemblée nationale. Les deux principaux partis qui se partagent les sièges au Parlement ne sont pas parvenus à s’entendre sur le mode de scrutin. Pendant que le parti de l’opposition, le Congrès national démocratique (NDC, en anglais) souhaitait un vote au bulletin secret, le parti présidentiel, le Nouveau parti patriotique (NPP), était pour un vote à mains levées.

La tension est montée d’un cran lorsqu’un élu du NPP a tenté de s’emparer de l’urne contenant les bulletins de vote. Une bagarre s’est alors installée au sein du Parlement, obligeant l’armée à intervenir pour rétablir le calme. Cette intervention a d’ailleurs été critiquée par certains députés comme Kwame Twumasi Ampofo du NDC qui a déclaré : « C’est une entorse totale à la loi. Quand bien même il y aurait des problèmes de sécurité, l’armée n’a pas sa place dans la Chambre. Nous protestions (contre la tentative de vol des bulletins), mais nous n’étions pas violents ».

A la fin, c’est l’opposition qui a arraché la présidence du Parlement, dans un contexte où le parti au pouvoir avait l’avantage numérique. En effet, les deux principales formations politiques du pays, le NPP de Nana Akufo-Addo et le NDC de John Dramani Mahama, totalisent chacun 137 députés auxquels s’ajoute un indépendant. Mais, le mercredi, un député de l’opposition a été suspendu pour raison de double nationalité, ce qui a ramené le nombre de sièges du NDC à 136, donnant du coup l’avantage au NPP. Cependant, au terme du vote, le candidat de l’opposition, Alban Bagbin, a totalisé 138 voix contre 136 pour le candidat du NPP. Ce qui revient à dire que non seulement le candidat indépendant a voté pour l’opposition, mais un député du NPP a également trahi son camp.

« J’accepte avec humilité le privilège qui m’est offert de présider le huitième Parlement de la 4e République du Ghana », a déclaré Alban Bagbin, à l’issue du vote. Ce choix du président du nouveau Parlement se faisait à quelques heures de la cérémonie d’investiture de Nana Akufo-Addo prévue ce jeudi 7 janvier et à laquelle sont conviés plusieurs chefs d’Etat.