Ghana : les moyens de subsistance de 140 000 pêcheurs menacés

Le Conseil national des pêcheurs de pirogues du Ghana, la section de la région centrale, a condamné le ministère des Pêches et le Président Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, pour leur incapacité à empêcher les chalutiers industriels de piller les ressources, ce qui a entraîné de faibles prises de poisson pendant une saison exceptionnelle.

Les pêcheurs de pirogue, en colère, ont déclaré que la principale saison de traite exceptionnelle des pêcheurs court de juillet à septembre et ont exprimé leur tristesse au sujet de la faible prise de poisson dans les communautés de pêcheurs. Ils ont observé que la pêche artisanale du pays est sérieusement menacée, et au bord de l’effondrement, du fait des agissements des chalutiers étrangers.

S’adressant aux médias peu après la manifestation contre le chargement illégal de poisson populairement connu dans la pêche sous le nom de «Saiko», le membre exécutif du Conseil national des pêcheurs de pirogue du Ghana dans la région centrale, Nana Kweigyah, a appelé le gouvernement, de toute urgence, à mettre fin aux affaires de «Saiko» dans le pays.

« Dans le budget 2020, paragraphe 718, le gouvernement a fait une déclaration spécifique pour arrêter Saiko, mais nous n’en avons pas été témoins. Nous appelons donc la plus haute fonction du pays, le Président et le gouvernement, a tenir leur promesse de mettre fin au Saiko », a ajouté l’un des membres du groupement des pêcheurs traditionnels du Ghana. Selon lui, le gouvernement, en mettant fin au Saiko, protégerait les moyens de subsistance des Ghanéens, dans les communautés côtières et contribuerait à réduire la pauvreté et la malnutrition.

Nana Kweigyah a mentionné que Saiko est une menace pour les moyens de subsistance de plus de 2,7 millions de Ghanéens, y compris des soutiens de famille des deux sexes, 140 000 pêcheurs ainsi que des milliers de poissonniers. « Le Saiko s’est révélé être une forme de pêche illégale, gravement destructrice, qui, en plus de provoquer le déclin des stocks de poissons marins, détruit l’environnement marin et érode le potentiel de reconstruction des ressources marines», a-t-il déclaré.