Ghana : le Président annule le référendum constitutionnel suite à une requête de l’Eglise

Nana Akufo-Addo, Président du Ghana,

Au Ghana, le chef de l’Etat, Nana Akufo-Addo, a procédé à l’annulation du referendum censé modifier la Constitution, suite à un appel à différer les prochaines élections lancé pat l’Eglise.

Le referendum constitutionnel prévu pour le 17 décembre 2019 a été annulé, le dimanche 1er décembre, par Nana Addo Dankwa Akufo-Addo. L’objectif du vote était de donner aux partis politiques, suffisamment de pouvoir pour soutenir des candidats. Les évêques du pays n’ont pas manqué de faire part de leurs inquiétudes quant à la situation.

En effet, favoriser à ce point les partis politiques aurait donné un caractère quelque peu partisan aux élections locales, ce qui n’est normalement pas le cas. Ces réserves du clergé ont donc poussé le Président à prendre une décision.

Un rétropédalage qui tombe à pic

A l’origine de cette réforme, se trouvait le Président ghanéen lui-même, qui pour le coup, envisageait de jouer la carte de l’honnêteté: « Il était depuis longtemps évident que les partis politiques étaient, en fait, activement impliqués dans les élections à l’assemblée de district, malgré leur nature apparemment non partisane ».

Pour Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, c’était le moment idéal « de dépouiller le processus de son hypocrisie, d’accepter et de travailler avec la réalité de la participation des partis ». L’Eglise, pour sa part, n’était pas de cet avis et l’a fait savoir à travers les propos de  Mgr Charles Palmer-Buckle pour qui « le contexte politique actuel était actuellement empoisonné ».

Le Président est donc revenu sur sa décision initiale et a alors donné une suite favorable à la requête du collège des évêques catholiques du Ghana qui soutenait un report du vote. Nana Addo Dankwa Akufo-Addo s’est adressé à la nation en déclarant que son gouvernement travaillerait à l’avenir pour un large consensus national.