Ghana : le NDC conteste les résultats des élections

Le principal parti d’opposition du Ghana, le National Democratic Congress (NDC), dont le candidat John Mahama Dramani est arrivé deuxième lors d’une élection présidentielle très disputée, a déclaré qu’il conteste les résultats annoncés par la commission électorale. Le Président Nana Addo Dankwa Akufo-Addo a été réélu pour un second mandat après les élections présidentielles et législatives de lundi.

L’élection a mis à l’épreuve les références du Ghana en tant qu’un des pays les plus stables politiquement du continent. Akufo-Addo, du nouveau parti patriotique au pouvoir, a remporté l’élection de lundi avec 51,3% des voix, battant l’ancien Président John Dramani Mahama du principal parti d’opposition, qui en a obtenu 47,3% des suffrages, a indiqué la commission.

Le président de la Commission, Jean Mensa, a changé les chiffres tôt jeudi, ne modifiant que légèrement le pourcentage, mais donnant toujours à Akufo-Addo la victoire pure et simple. Un membre dirigeant du parti NDC, Haruna Iddrisu, a qualifié les résultats de viciés. « Nous avons mené une vaste consultation sur le résultat de l’élection et sommes arrivés à la conclusion qu’elle est imparfaite et discréditée et donc la rejetons », a-t-il déclaré après l’annonce des résultats.

Iddrisu a accusé le chef de la Commission électorale d’avoir agi de « mauvaise foi » pour avoir ignoré une requête de l’ancien président John Dramani Mahama lui demandant de répondre à certaines de ses préoccupations et a annoncé le résultat « discrédité ». « La conduite du président de la CE et d’autres informations disponibles nous empêchent d’accepter les résultats de l’élection », a-t-il déclaré.

John Dramani Mahama n’a pas encore cédé. « Nous avons constaté depuis, lundi 7 décembre 2020, que de nombreuses mesures ont été prises pour manipuler les résultats de l’élection en faveur du Président sortant Nana Akufo-Addo, qui d’ailleurs contrôle toutes les ressources de l’État et ses institutions », a déclaré John Dramani Mahama.

« Malgré tous les efforts du parti au pouvoir pour soudoyer les électeurs, à une échelle jamais vue auparavant au Ghana, le peuple a compris ce qui était en jeu, et il était clair au vu des résultats légalement exprimés que le Congrès national démocratique avait remporté les élections présidentielles et parlementaires. Aucune tricherie, fourberie ou falsification n’effacera cette réalité », a-t-il ajouté.