Ghana : Akufo-Addo vole au secours des 14 candidats expulsés de WASSCE

Le président de la République du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo

Le président de la République du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, a demandé à son ministre de l’Education, Matthew Opoku-Prempeh, d’engager le Service de l’éducation du Ghana (GES), pour réétudier la punition infligée à 14 lycéens passant l’examen 2020 de l’Afrique de l’Ouest Senior School (WASSCE).

La semaine dernière, le GES a renvoyé les 14 étudiants de terminale, qui ont pris part au désordre et à la destruction de propriétés dans leurs écoles, après l’épreuve d’Integrated Science 2 du WASSCE en cours. Il leur a également été interdit de passer le reste des épreuves lors de l’examen de dernière année. Le GES, dans un communiqué, a déclaré que la punition était de dissuader les autres étudiants qui participent encore aux examens.

En revanche, un communiqué publié ce dimanche 9 août 2020 par le directeur des Communications au cabinet du Président ghanéen, Eugène Arhin, a déclaré que même si les actes d’indiscipline des étudiants sont intolérables, le Président est d’avis que le licenciement seul est une punition suffisante. « Le Président estime que tout le monde mérite une deuxième chance de vie et espère donc que les étudiants seront autorisés par le GES à passer leurs examens finaux comme prévu », explique le communiqué.

Avant la déclaration de la Présidence, ce dimanche, diverses institutions et individus, dont un ancien vice-ministre de l’Éducation, Samuel Okudzeto Ablakwa, avaient déclaré que le GES était trop sévère dans la punition infligée à 14 étudiants. En outre, le député du Congrès national démocratique pour le nord de Tongu a déclaré que bien que les actes d’indiscipline et de vandalisme soient condamnables, le GES semble avoir tué une fourmi avec un marteau.