Génocide rwandais : le parquet de Paris requiert un non lieu pour le prêtre Wenceslas Munyeshyaka

Le parquet de Paris a annoncé ce mercredi avoir demandé un non-lieu pour le prêtre Wenceslas Munyeshyaka rwandais installé en France mis en cause dans le génocide au Rwanda en 1994.

Après vingt ans d’enquête sur le génocide au Rwanda, le parquet de Paris a décidé ce mercredi de demander un non-lieu pour le prêtre Wenceslas Munyeshyaka, mis en cause dans le génocide de 1994. Depuis 1995, cet homme de Dieu natif du Rwanda, s’est installé en France où il a été mis en examen.

Selon le procureur de la République, «l’instruction n’as pas permis, au final, de corroborer de façon formelle des actes précis et certains d’une participation active et ce malgré le fait que le rôle de Wenceslas Munyeshyaka durant le génocide de 1994 a pu susciter de très nombreuses interrogations ».
Il appartient désormais aux juges d’instruction d’ordonner ou non le renvoi devant une cour d’assises du prêtre. Les familles des victimes quant à eux dénoncent la lenteur de l’enquête. La France a été condamnée, le 8 juin 2004, par la Cour Européenne des droits de l’Homme pour la lenteur de sa justice dans cette affaire.

Ce présumé exécutant du génocide des Tutsi rwandais exilé en France a été arrêté le 20 juillet 2007 en compagnie de l’ancien préfet de Gikongoro Laurent Bucyiabaruta avant d’être transférés à la prison de la Santé de Paris. Inculpés par le Tribunal pénal international pour le Rwanda pour crime de génocide, ils ont fait l’objet de mandats d’arrêt délivrés par ce tribunal. Toutefois, deux mois plus tard, la cour d’appel de Paris a ordonné la remise en liberté des deux Rwandais.