Gambie, l’ancien président Yahya Jammeh poursuivi pour une série de viols

Fatou (« Toufah ») Jallow,

L’ancien président de Gambie, Yahya Jammeh, aurait choisi des femmes pour les violer ou les contraindre sexuellement en échange d’argent, des cadeaux et d’autres privilèges dénoncent plusieurs associations.

Dans un communiqué publié mercredi, Human Rights Watch (HRW) et l’ONG suisse TRIAL International expliquent que trois femmes accusent Yahya Jammeh, au pouvoir en Gambie de 1994 à 2017, de viol et d’agression sexuelle.

Si la période de domination de Yahya Jammeh, qui a pris le pouvoir par un coup d’état avant d’être « démocratiquement » élu, était connu pour une forte oppression envers les opposants et la corruption de son système, c’est la première fois que des abus sexuels sont rapportés et documentés de manière détaillée et publique.

Le gouvernement gambien a appelé les femmes et les filles du pays à signaler toute violence sexuelle commise par l’ancien président de ce pays d’Afrique de l’Ouest. Cet appel fait suite aux déclaration de l’ancienne reine de beauté Fatou « Toufah » Jallow qui a déclaré à la BBC qu’elle avait été violée par M. Jammeh lorsqu’il était en poste en 2015.

Toufah Jallow, alors étudiante en art dramatique âgée de 18 ans, lauréate en 2014 du principal concours de beauté de Gambie. Pendant plus de six mois, elle a refusé ses avances, et une proposition de l’épouser, a-t-elle déclaré. Mais, alors qu’elle était au Palais Présidentiel pour un récital avant le Ramadan, Yahya l’enferma dans une chambre, la frappa et la menaça et  la viola. Elle s’est enfuie au Sénégal quelques jours plus tard.

« Yahya Jammeh a traité les femmes gambiennes comme des choses« , a déclaré Reed Brody, conseiller juridique de HRW. « Mais le viol et l’agression sexuelle sont des crimes, et Jammeh n’est pas au-dessus des lois« .

Outre Toufah Jallow, d’autres femmes témoignent.