Gabon, Vérité sur la santé d’Ali Bongo : jour J moins 2

Le Président du Gabon, Ali Bongo Ondimba

Le Président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, qui se trouve actuellement au Maroc où il passe sa rééducation, est attendu dans 48 heures pour mettre la lumière sur son état de santé.

Alors qu’il est interné au Maroc où il suit sa rééducation, suite à un accident vasculaire cérébral contracté le 24 octobre dernier à Riyad, en Arabie Saoudite, le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, subit une très forte pression, notamment de la part de l’opposition, articulée autour de Jean Ping, qui veut savoir si oui ou non le dirigeant « est en bonne santé et mesure de gouverner ». Ali Bongo, qui est apparu sur des images prises depuis le Maroc, en compagnie de son ami et frère, le roi Mohammed VI, prouvant qu’il est atteint d’une paralysie, notamment une hémiplégie droite, a fini d’instaurer le doute sur ses capacités à poursuivre sa mission présidentielle.

A lire : Rééducation au Maroc : quand l’état d’Ali Bongo fait pitié au Vice-président du Gabon

D’ailleurs, lors d’un discours prononcé le samedi 9 décembre 2018, à Franceville, au sud-est du Gabon, faisant allusion à l’état de santé du chef de l’Etat, le Vice-président du Gabon, Pierre Claver Maganga Moussavou, revenant d’une visite rendue à Ali Bongo Ondimba, au Maroc, insistait : « Personne ne peut se réjouir de la mort ou de la maladie de quelqu’un d’autre, celui qui n’a jamais connu un AVC, qu’il prie Dieu pour qu’il n’en connaisse jamais (…). De toute façon, je ne le souhaite pas à qui que ce soit, pas même à mon pire ennemi ». Le chef du Gouvernement confirmait ainsi la gravité de l’état de santé du Président Bongo. Entre-temps, le dirigeant s’est-il remis de sa maladie grâce aux effets de la rééducation au Maroc ? Rien n’est moins sûr.

A lire : Gabon : Ali Bongo pourrait prendre la parole depuis le Maroc le 31 décembre

En tous les cas, l’opportunité lui est donnée, en ce nouvel An, de prouver, comme l’exige l’opposition de son pays, que l’état de sa santé lui permet de continuer à gouverner. Cette opposition-là qui a été jusqu’à exiger la commission d’un pool de médecins sur Rabat pour certifier que la santé d’Ali Bongo Ondimba est compatible avec sa mission présidentielle. Cette question, si l’on se réfère à une source proche de l’entourage présidentiel, pourrait être résolue dès ce 31 décembre 2018 avec une prise de parole du Président Bongo, depuis le Maroc, à l’occasion du nouvel An.