Gabon : vaincre le stress en milieu professionnel

Les participants du troisième symposium international du secrétariat, organisé du 16 au 19 mai derniers à Libreville, se sont penchés sur le problème du stress au travail. Un stress dont les symptômes sont presque aussi nombreux que les facteurs qui le favorisent…

Comment comprendre et prévenir le stress en milieu professionnel ? Cette question était au centre du troisième symposium international du secrétariat, organisé du 16 au 19 mai derniers à Libreville à l’occasion du quatorzième anniversaire de Club Privilège Gabon – un Club qui a pour objectif de valoriser les professions de secrétaire et d’assistant de direction, de développer la solidarité entre ses membres, d’aider à l’insertion des secrétaires au chômage et de contribuer au bien-être des personnes déshéritées.

Plusieurs pays, dont le Cameroun, le Congo, le Tchad et le Mali étaient représentés à ce symposium. Les secrétaires et assistants de direction qui y ont participé voulaient s’enrichir des expériences de leurs consœurs et valoriser leur métier, qui est considéré selon le premier ministre gabonais, Jean Eyeghé Ndiong, comme le véritable miroir de toutes les entreprises.

Les racines du stress

« Le stress provient des causes liées à l’environnement et à l’individu », a expliqué Crépin Ebe-Mba, professeur diplômé de l’université de la jeune chambre internationale et formateur lors de cette rencontre. « La précarité de l’emploi, l’autorité du patron, la demande exagérée de rendement et d’efficacité, les conflits interpersonnels, l’environnement professionnel violent, les handicaps psychologiques, l’anxiété, le pessimisme, la mauvaise appréciation de soi, le scrupule exagéré, l’insuffisance des compétences professionnelles, les perturbations neuropsychiques sont les causes les plus fréquentes du stress », a précisé Crépin Ebe Mba.

Et le stress, a rappelé le professeur, se manifeste souvent par les maux de tête, les douleurs thoraciques et musculaires, les battements précipités du cœur, la fatigue, l’insomnie, la tristesse, l’hypersensibilité, les troubles neuropsychiques et somatiques, l’agressivité, la dépression, la consommation accrue de l’alcool, de la cigarette ou des drogues, la négligence des responsabilités pu encore le changement des pratiques religieuses. En matière de prévention du stress, l’enseignant a préconisé la recherche de compétences professionnelles évolutives, l’organisation du temps de travail et de détente, une bonne alimentation (céréales, légumes, fruits, eau), une activité sportive et intellectuelle adaptée, avoir un bon réseau relationnel et établir un budget sensé.

« Rester soudées face à l’adversité »

Ce troisième symposium a été l’occasion pour certaines secrétaires d’exprimer leur solidarité à l’endroit de leurs sœurs africaines. « Chères sœurs, la mondialisation nous rend solidaires. En effet, nous sommes toutes confrontées aux mêmes difficultés et incompréhensions. C’est pourquoi nous nous devons de rester soudées face à l’adversité », a déclaré Annette Soleil Njolle Mbassi, présidente fondatrice du Club Privilège Madiba Cameroun. « Et nous devons, a-t-elle insisté, être unies pour la reconnaissance de notre métier comme étant un maillon important de l’entreprise. »

Le premier ministre gabonais Jean Eyeghé Ndong a pour sa part invité les secrétaires à mettre leurs capacités morales et intellectuelles au service de leurs entreprises. Mais, a-t-il souligné, « il faut savoir garder le secret. Non pas pour nuire ou rendre opaque votre activité, mais pour améliorer l’efficacité de la dynamique de groupe au sein de l’administration dans laquelle vous travaillez ».

Photo : Pierre Eric Mbog Batassi