Gabon : un voleur de motos victime de la vindicte populaire à Libreville

voleurmoto.jpg

Un présumé voleur de motos, le nommé Jean Ndong Obame a été appréhendé et sévèrement molesté ce dimanche matin autour de 9 heures par les populations du quartier Cocotier, dans le 2e arrondissement de Libreville, alors qu’il tentait de dérober la moto d’un habitant de ce quartier réputé très chaud.

De notre correspondant

Selon les informations recueillies auprès des habitants, Jean Ndong Obame a été saisi en flagrant délit de vol de moto. Ce dernier a démarré la machine et tentait de fuir avec l’engin quand les populations ont alerté le propriétaire légal de la moto qui se reposait dans sa maison, non loin de la route où celle-ci était garée.

« Je suis sorti de la maison en courant et j’ai appelé mes voisin à la rescousse. C’est à ce moment que le voleur a sorti l’arme blanche, menaçant de mort tous ceux qui tenteraient de l’arrêter dans sa course folle », a déclaré Ndjané Madi, un Malien, propriétaire de la moto.

C’est alors, racontent les témoins, que la course-poursuite contre le voleur a commencé dans les ruelles du 2e arrondissement de la capitale gabonaise. Les jeunes, les vieux, les femmes et les enfants sont sortis de leurs maisons devant ce spectacle, digne d’un film de guerre, interpellés par les cris des femmes qui invoquaient le secours des forces de l’ordre, afin d’arrêter le présumé voleur.

Mais après une trentaine de minutes de course-poursuite, les populations ont réussi à mettre la main sur l’indélicat qui a nié en bloc tous les faits qui lui sont reprochés. Elles on arraché de ses poches 3 armes blanches, avant de le passer sévèrement à tabac. Une victime collatérale, de cette violence, Michel Eyéné, grièvement blessé à la tête a été internée dans une structure sanitaire de la capitale gabonaise.

Le Conseil populaire de défense du quartier Cocotier, après avoir infligé une bastonnade exemplaire au voleur, a conduit ce dernier au poste de police de Nkembo où il doit être entendu, avant d’être présenté auprès du procureur de la République.

voleurmoto.jpg