Gabon, présidentielle : la jeunesse au centre des attentions

A l’occasion de la campagne pour les élections présidentielles au Gabon, la jeunesse est au centre de toutes les attentions. Les propositions des différents candidats (Ali Bongo Ondimba, Jean Ping, etc.) se multiplient à son intention. Mais celle-ci s’organise également directement et collectivement à travers de nombreuses associations.

« Je suis jeune et ma voix compte », nous dit Lucie, étudiante en marketing, originaire de Libreville. Elle et ses amies comptent bien se rendre aux urnes le 28 août prochain, date prévue pour l’unique tour de scrutin de l’élection présidentielle au Gabon. « C’est un grand événement pour nous car ce sera la première fois que nous voterons », explique-t-elle.

Antoine, qui suit une formation dans le secteur du bois et dont la famille est originaire de Port-Gentil, la capitale économique gabonaise, nourrit, lui, de grandes attentes : « l’éducation, l’emploi et l’égalité des chances sont les sujets qui reviennent le plus souvent dans le débat », fait-il observer. « En tout cas, ce sont les thématiques qui m’intéressent le plus en tant que jeune », nous confie-t-il.

Les candidats à l’élection présidentielle, eux, ne tarissent pas de propositions à l’égard de cette jeunesse tant convoitée. Le principal challenger, Jean Ping, insiste dans son programme électoral sur l’éducation et l’emploi en particulier. De son côté, le favori, le Président Ali Bongo Ondimba, a fait de la promotion de la jeunesse la ligne directrice de sa campagne. En n’hésitant pas à montrer lui-même l’exemple. Depuis son entrée en fonction, Il n’a eu de cesse, à la présidence, au gouvernement, dans l’administration ou au sein même du Parti démocratique gabonais (PDG), de faire émerger une nouvelle génération, quitte à se mettre à dos les vieux barons, poussés un à un vers la sortie.

Une société civile de plus en plus active

Mais la jeunesse s’organise également directement et collectivement, au sein de la société civile, à travers des associations. Parmi les plus en vues, figure l’Association des Jeunes Emergents Volontaires, fondée par Brice Laccruche Alihanga, le jeune et remuant dirigeant de la Compagnie Nationale de Navigation Intérieure et Internationale (CNNII). Très présente sur le terrain, celle-ci tente d’apporter des réponses concrètes aux préoccupations de base des populations les plus nécessiteuses, mais aussi de faire affleurer leurs attentes à travers l’organisation de sessions régulières de discussions collectives, baptisées « les talks de l’AJEV ».

A moins d’un mois aujourd’hui de l’élection présidentielle, la plateforme associative, qui compte près de 30.000 membres et se déploie désormais dans l’ensemble du pays, a choisi son champion. Ce sera Ali Bongo Ondimba. Sur son compte Twitter, le Président de l’AJEV, Brice Laccruche Alihanga, insiste : « Il faut agir ensemble pour changer le Gabon plutôt que laisser le pays regarder le monde qui change. » Un point de vue sans doute partagé par l’écrasante majorité des jeunes, bien décidés à prendre une part active dans la construction du Gabon demain.