Gabon, Maroc : pourquoi Ali Bongo a accepté l’offre de Mohammed VI

Ali Bongo et Mohammed VI

Le Président gabonais Ali Bongo Ondimba, hospitalisé à Ryad depuis le 24 octobre 2018, quittera la capitale saoudienne pour Rabat au Maroc. 

Ali Bongo Ondimba quittera l’Arabie Saoudite pour le  Maroc pour poursuivre sa convalescence. C’est ce qu’a annoncé, ce mardi 27 novembre 2018, son épouse Sylvia, qui indique que le Président a accepté l’offre d’accueil du roi. « Demain mercredi 28 novembre (…), Ali Bongo Ondimba, mon époux, quittera l’hôpital du Roi Fayçal de Ryad en Arabie saoudite (…). Pour poursuivre sa convalescence, le Président, en concertation avec sa famille proche, a fait le choix d’accepter la proposition d’accueil de son frère, Sa Majesté le Roi du Maroc Mohammed VI. Nous lui en sommes extrêmement reconnaissants », a écrit Mme Bongo sur sa page Facebook. Le chef de l’Etat gabonais et le roi du Maroc Mohammed VI sont très proches, depuis leur enfance.

A lire : Gabon : Jean Ping cherche-t-il à destituer Ali Bongo ?

Exprimant, elle et son mari, leur profonde gratitude à l’endroit des autorités saoudiennes et du corps médical, Mme Bongo Ondimba a précisé que ce transfert de Ryad à Rabat a été rendu possible grâce à l’amélioration très significative de l’état de santé de son époux. Voulant « mettre à profit cette brève période de convalescence pour recouvrer ses pleines capacités physiques, ainsi que pour travailler sur les dossiers les plus prioritaires (…), le chef de l’Etat a demandé aux principaux responsables au sein de la présidence de la République de le rejoindre à Rabat ».

A lire : Gabon, Ali Bongo : AVC, œdème cérébral ou mort ?

Ali Bongo est hospitalisé à Riyad en Arabie Saoudite, depuis le 24 octobre 2018, suite à accident vasculaire cérébral. Son absence prolongée a poussé la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsuo à modifier la Constitution et ainsi éviter la vacance du pouvoir. Suffisant pour que l’opposition, pilotée par Jean Ping charge M. Mborantsuo. Mieux, des pro-Jean Ping exigent que leur leader prennent les rennes de ce pays Afrique Centrale.