Gabon : les leaders de l’ex UN réclament la tenue d’une conférence nationale

Zacharie Myboto et ses camarades ont réclamé samedi, au cours d’un meeting à Libreville, l’organisation d’une conférence nationale souveraine avant la fin de cette année, afin « de résoudre la crise politique » au Gabon.

(De notre correspondant)

Les leaders de l’Union nationale (UN) dissoute en 2011 ont renoué le dialogue samedi avec leurs partisans, sans que leur parti ne soit réhabilité. Ils ont réclamé, au cours de cette réunion publique de samedi, l’organisation d’une conférence nationale souveraine au Gabon, suivie de la tenue d’élections générales.

C’est le seul moyen, selon eux, de résoudre la crise politique actuelle au Gabon. Ce qui n’est pas de l’avis du secrétaire général du parti au pouvoir, Faustin Boukoubi. « Ce n’est pas la solution aux problèmes des Gabonais », a-t-il rétorqué.

Rappelons que l’UN a été dissoute en janvier 2011, à la suite de l’auto-proclamation d’André Mba Mba Obame, alors secrétaire général de ce parti, aux fonctions de président de la république. Ce dernier disait à cette époque vouloir rétablir la justice, estimant que l’actuel chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba lui avait « volé la victoire à l’élection présidentielle anticipée de 2009 ». Son acte, jugé anticonstitutionnel selon le gouvernement, a été suivi d’émeutes dans les rues de Libreville.

L’UN a été dissoute et les membres du gouvernement parallèle d’André Mba Obame contraints au mutisme et à la clandestinité. Pourchassés par les forces de l’ordre, ils s’étaient réfugiés au siège du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) de Libreville, où ils ont passé plusieurs semaines, avant de retrouver leur liberté après d’intenses tractations.

Lire aussi :

 Economie : la Côte d’Ivoire à l’école de la gestion forestière au Gabon

 Gabon : un vieil homme de 78 ans écope de la prison à vie pour crime passionnel

 Le Gabon appelle les ivoiriens à la réconciliation nationale