Gabon : les jeunes au cœur de la lutte contre le sida et les IST

Après un mois de formation, 82 jeunes pair-éducateurs ont reçu leurs parchemins d’honneur samedi dernier, à Libreville, au cours d’une cérémonie riche en couleur. Ils ont juré devant l’éternel de sensibiliser leurs camarades sur les dangers et les ravages causés par le sida et les infections sexuellement transmissibles(IST) dans notre pays.

Notre correspondant au Gabon

Cette formation de 4 semaines a été organisée par l’ONG Lumière en partenariat avec l’UNICEF. Elle visait à donner aux jeunes les informations complètes et correctes sur le VIH /SIDA et les IST. Mais les questions en rapport avec la puberté, la sexualité et les grossesses précoces ont pris également une place importante au cours de cette formation.

Pour Malena Ndounou, chargée du programme VIH/SIDA pour l’UNICEF, il s’agissait de donner aux jeunes des armes pour prendre leur destin en main. Par ailleurs, a-t-elle conseillé aux jeunes au cours de la cérémonie de remise des diplômes d’honneur, d’éviter les rapports sexuels précoces et d’utiliser toujours le préservatif quand la voie d’abstinence paraît infranchissable. « Mettez en application les connaissances que vous avez reçues et que votre engagement se transforme en actes pour freiner la propagation du sida au Gabon », a poursuivi madame Ndounou, en rappelant aux jeunes qu’ils sont le présent et l’avenir de leur pays.

Le représentant du ministre de la Santé a pour sa part exhorté les jeunes à intégrer les informations reçues et à relayer le message de prévention auprès de leurs camarades de classes et de quartiers, avant de les envoyer a-t-elle dit à leur nouvelle fonction de pair-éducateur.

Changer le regard des Gabonais sur le Sida

Les jeunes très satisfaits de leur formation, n’ont pas manqué de dire leur joie. « Nous sommes heureux d’avoir reçu des connaissances utiles en matière de lutte contre le sida », a dit la jeune Laurianne (15 ans), rappelant que son devoir aujourd’hui est de transmettre ses connaissances à ses amis et parents.

« Le sida tue et le seul moyen de le combattre consiste à utiliser le préservatif ou à s’abstenir des rapports pour autant qu’on est jeune. Mais il n’y a pas que le sida, il ya d’autres infections sexuellement transmissibles qui prennent de l’ampleur dans notre pays, notamment les chlamydias », a déclaré pour sa part la jeune Angèle (12 ans).

Le rôle de ces enfants sera très important dans la mise en place des stratégies de lutte contre le sida et les IST. En effet l’éducation par les pairs repose sur le principe qu’on écoute plus facilement et se laisse plus facilement convaincre par quelqu’un qui nous ressemble, par quelqu’un à qui on s’identifie. Ce principe est particulièrement vrai pour les jeunes qui se trouvent souvent en opposition aux adultes et qui aiment apprendre d’au autre jeune qui partage les mêmes expériences qu’eux et qui se trouve confronté aux mêmes difficultés.

L’éducation est donc particulièrement utile dans le domaine de la sexualité, de la santé de la reproduction, des IST et du sida. Parler de sexualité reste souvent difficile, et le sida est encore considéré comme une maladie honteuse et fatale. En disant au revoir à ces jeunes, les formateurs espèrent qu’ils deviendront des acteurs dynamiques dans la lutte contre le sida et les IST , en partageant plus facilement leurs savoirs avec leurs congénères.

Selon des chiffres officiels, le Gabon compte près de 14 000 orphelins du Sida et près de 3 000 enfants de moins de 15 ans sont infectés par le VIH/SIDA. La prévalence nationale du VIH est de 8,1%.