Gabon : le porte-parole de la Présidence dans les filets des services spéciaux

Le Président du Gabon, Ali Bongo, et Ike Ngouoni Aila Oyouomi

Les vagues d’arrestations en cours au Gabon depuis quelques jours ne semblent pas près de s’arrêter. Ce matin, c’est au tour de Ike Ngouoni Aila Oyouomi, porte-parole de la Présidence et proche de Brice Laccruche Alihanga d’être interpellé. Le motif de cette arrestation ? Tout porte à croire que c’est le même que les précédentes arrestations.

L’opération « mains propres » dénommée « Mamba » lancée depuis quelques jours par le Président gabonais, Ali Bongo Ondimba continue de faire des remous. Ce matin, aux environs de 11 h 45, heure locale, Ike Ngouoni Aila Oyouomi a été arrêté par les éléments de la Direction générale des services spéciaux, rapporte Jeune Afrique. Si les motifs réels de cette interpellation demeurent pour l’heure inconnus, le contexte oriente vers les investigations en cours portant « sur des soupçons de corruption et de blanchiment de grande envergure pouvant impliquer des agents publics et des sociétés privées », comme l’a précisé lundi dernier le procureur de la République, Olivier N’Zahou.

Rappelons que durant la semaine dernière, il y a eu beaucoup d’arrestations parmi les “nouveaux caciques’’ du régime, responsables de sociétés publiques, parapubliques, d’établissements bancaires, et la plupart des personnes interpellées sont des proches de Brice Laccruche Alihanga, ex-directeur de Cabinet de Ali Bongo. Le cas de M. Oyouomi semble assez curieux quand on sait que le chef de la cellule de communication et en même temps porte-parole de la présidence gabonaise a, en plus de ces fonctions, été nommé, seulement le 7 novembre, conseiller politique du président de la République. Affaire à suivre donc !